“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Retour aux sources dans un petit village calabrais

Mis à jour le 11/05/2019 à 10:24 Publié le 11/05/2019 à 10:24
Le maire de San Demetrio Corone a réservé un accueil princier à Albert II.

Le maire de San Demetrio Corone a réservé un accueil princier à Albert II. Gaetan Luci/Palais princier

Retour aux sources dans un petit village calabrais

Le prince Albert II a effectué un déplacement en Italie, jeudi, précisément dans un petit village de 3 500 habitants qui serait le premier fief extérieur des Grimaldi

Plus de 500 personnes ont accueilli le souverain, jeudi à San Demetrio Corone (Calabre), un bourg de 3 500 habitants. Salvatore Lamirata, le maire du village, a dévoilé le panneau signalétique d’appartenance au réseau des « Sites historiques Grimaldi de Monaco ».

Rappel historique. La baronnie de San Demetrio a été octroyée en 1309 à Rainier Ier Grimaldi (vers 1267-1314) par Robert Ier d’Anjou, roi de Naples. Elle est passée à son fils Vinciguerra qui la cède, en même temps que la seigneurie de Cagnes, à son frère Charles, seigneur de Monaco depuis 1331, seigneur de Menton en 1346 et de Roquebrune en 1355.

Le territoire est maintes fois confisqué et concédé, avant que le roi Louis III de Naples restitue la baronnie le 20 février 1421, par lettre datée d’Aversa, à Ambroise, Antoine et Jean Ier, coseigneurs de Monaco, en récompense des services de leur flotte.

« Le premier fief extérieur de ma famille »

« Venir à San Demetrio, c’est venir dans une commune qui est certainement, chronologiquement, le premier fief extérieur de ma famille, a souligné le souverain dans son discours devant le maire du village italien. Évoquer cette histoire commune, c’est donc convoquer un passé qui remonte aux premiers temps de l’enracinement des Grimaldi à Monaco, au début du XIVe siècle. »

Après avoir rappelé l’histoire qui lie ce territoire aux Grimaldi, le Prince a offert au maire de San Demetrio Corone « une reproduction de ce document qui nous lie, comme le symbole d’une amitié aux fondements anciens, et aujourd’hui renouvelés ».

À l’issue de cette cérémonie, le maire et des membres du conseil communal ont organisé une visite guidée de l’église Sant’Adriano, datant du XIe siècle, qui conserve des traces de décor de céramiques de style byzantin avec des motifs animaliers et anthropomorphes.

Dolceacqua à Monaco les 22 et 23 juin

Le souverain a ensuite dévoilé la plaque commémorative de sa visite avant de recevoir la citoyenneté d’honneur de la commune.

Durant ce déplacement en Italie, le prince Albert II a également rencontré les maires de Cittanova et Gerace (Calabre), communes elles aussi liées à l’histoire d’une branche de la famille Grimaldi, à qui il rendra visite ultérieurement.

« Au-delà du souvenir, ces voyages réguliers que j’effectue dans les lieux historiquement liés à ma famille sont, pour moi, l’occasion d’approfondir ma connaissance des territoires et des hommes, des problématiques environnementales locales, et de leurs implications plus générales. »

Le prince Albert II a profité de l’occasion pour rappeler que la 2e édition des Rencontres des sites historiques Grimaldi se dérouleront, sur la place du Palais, les 22 et 23 juin prochains. Cette année, pour la partie italienne, la commune de Dolceacqua, en Ligurie, est attendue à Monaco.

Le prince Albert II est le troisième chef d’État en exercice à visiter la commune de San Demetrio Corone en moins d’un an, après le président de la République italienne et le président de la République d’Albanie.

Dans son discours devant le maire de ce petit village italien, le souverain a fait allusion à ce trait en commun : « Vous êtes donc, pour la principauté de Monaco, un point commun avec l’Albanie, que je n’avais pas évoqué avec le président Meta lors de ma propre visite officielle dans ce pays en octobre dernier, mais que je ne manquerai pas de souligner lorsque je le recevrai à mon tour dans quelques mois. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct