“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Réouverture (fictive) de la ligne Monaco-La Turbie

Mis à jour le 20/01/2018 à 05:24 Publié le 20/01/2018 à 05:24
Je découvre la nouvelle offre abonnés

Réouverture (fictive) de la ligne Monaco-La Turbie

Grâce à la magie des images et à la voix de Jean-Claude Volpi, une soixantaine de personnes a pu remonter le temps jeudi soir, prendre place dans les wagons de la Crémaillère et relier Monaco à la Turbie en une quarantaine de minutes.

Grâce à la magie des images et à la voix de Jean-Claude Volpi, une soixantaine de personnes a pu remonter le temps jeudi soir, prendre place dans les wagons de la Crémaillère et relier Monaco à la Turbie en une quarantaine de minutes.

Dans la salle des Terrasses plongée dans l'obscurité, ils ont découvert, au fil des photos, un paysage familier et pourtant tellement différent, encore vierge de la plupart de ses bâtiments.

Jean-Claude Volpi donnait une conférence sur la grande épopée de la Crémaillère qui, pendant 38 ans, avant même le début du XXIe siècle, réussit la gageure de faire le lien entre la Principauté et la Turbie malgré des pentes d'une déclivité allant jusqu'à 25 %.

Le conférencier de notre histoire locale a dressé un portrait fidèle de la ligne mais aussi des différentes époques et ambiances qui ont marqué son développement et sa disparition, permettant à l'assistance une vraie mise en perspective et une compréhension complète ou presque de cette Crémaillère, aujourd'hui regrettée et parfois fantasmée.

Le mystère demeure

Malgré tout, le mystère demeure encore sur la cause de l'accident qui, au matin du 8 mars 1932, verra le train « décrémaillèrer », redescendre la pente de ce qui s'appelle encore aujourd'hui la Montée de la Crémaillère à Beausoleil, prendre de plus en plus de vitesse pour finalement défoncer le mur de la gare et aller s'écraser trois mètres plus bas, en Principauté, sur la place de la Crémaillère. L'accident fera deux morts et un blessé grave et la rumeur attribuera la cause de l'accident à une boule de pétanque qui ne sera jamais retrouvée.

Cet accident mettra un point final à ce moyen de transport passant au milieu des maisons des Beausoleillois lesquels, à l'époque, ne voyaient d'un si bon œil, la reprise d'une ligne qui leur gâchait un peu la vie. Au terme de cette conférence passionnante, tous les auditeurs se sont retrouvés autour de Jean-Claude Volpi pour poser des questions autour d'un verre offert par l'hôte de cette conférence : la mairie de Cap-d'Ail.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.