“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Rénovation de l’Hélios : un accord signé avec Satri

Mis à jour le 18/01/2019 à 05:20 Publié le 18/01/2019 à 05:20
Le chantier de rénovation et de surélévation des Jardins d’Apolline devrait être livré huit mois en avance, ce qui facilitera la gestion des logements d’Hélios.

Le chantier de rénovation et de surélévation des Jardins d’Apolline devrait être livré huit mois en avance, ce qui facilitera la gestion des logements d’Hélios. archive Jean-François Ottonello

Rénovation de l’Hélios : un accord signé avec Satri

Le Ministre d’État a annoncé qu’un protocole d’accord avait été trouvé mardi entre le gouvernement et le promoteur. Des sondages vont débuter le 11 février

Le gouvernement, qui poursuit ses actions en justice contre la Satri pour les désordres dans les Jardins d’Apolline (ensemble domanial de 240 appartements), a trouvé un accord avec le promoteur monégasque pour les 69 logements d’Hélios. Des dossiers qui avancent…

Un protocole d’accord conclu le 15 janvier

Ce sera 50/50 ! Le gouvernement a conclu un protocole d’accord avec la Satri afin que les travaux de rénovation de l’Hélios puissent démarrer dans les meilleurs délais. L’objectif est de remettre à neuf ce qui doit l’être ; mais aussi, par mesure de précaution, d’ôter la fibre de bois de toutes les cloisons. Les travaux seront donc plus importants que les désordres apparents ; raison pour laquelle les frais de rénovation sont égalitairement partagés entre le gouvernement et le promoteur.

Début des sondages

le 11 février

À la fin janvier, tous les locataires du bloc A auront déménagé. Il s’agira ensuite de réaliser des sondages, à partir du 11 février, pour connaître la nature exacte des désordres et donc les travaux à entreprendre. « On pourra alors informer les résidents de la durée des travaux », souligne le Ministre d’État Serge Telle.

Apolline : plus rapide

que prévu

Bonne nouvelle : les travaux de rénovation et de surélévation de la résidence voisine Les Jardins d’Apolline, livrée en 2012 par Satri, devraient être terminés huit mois en avance. Ce qui facilitera les déménagements temporaires et les relogements. Sur le chantier actuel travaillent 450 ouvriers ! Un déploiement de forces qui permet d’aller très vite.

10 millions pour l’Hélios

Il faut admettre que les moyens financiers sont là : « Apolline, c’est 50 millions d’euros et 10 millions d’euros par an pour les relogements temporaires. Pour Hélios, nous sommes à moins de 10 millions d’euros relogements compris », explique Serge Telle, aux côtés du conseiller de gouvernement-ministre des Finances et de l’Économie Jean Castellini et du secrétaire général du gouvernement Robert Colle.

Deux chantiers

très différents

Combien de temps dureront les travaux de l’Hélios ? Difficile à dire… Le gouvernement sait toutefois qu’« il n’y aura pas de surélévation » et que « l’origine des dégâts n’est pas la même ». Les désordres sont des dysfonctionnements, plus ou moins graves ; mais en aucun cas de nature à provoquer des problèmes sanitaires.

Quel contrôle ?

La Satri, qui reprend donc le chantier réalisé, sera suivie de près. Cahier des charges précis, experts indépendants, contrôleurs des services de l’État, embauche de personnel qualifié… « L’entreprise a à cœur de redorer son image », souligne le gouvernement. Signe positif : Satri, qui a pris en charge la crèche d’Apolline, a livré le chantier « largement dans les temps » et les enfants ont pu être accueillis sans problème le 7 janvier dernier.

Expertises judiciaires

en cascade

Albert Croesi se dit « toujours choqué des propos tenus par voie de presse sur les désordres d’Apolline avant même le début des travaux. À ce jour, nous sommes en mesure de confirmer que de lourdes interventions étaient capitales et j’apprécierais, non pas des excuses, mais des regrets formulés pour cette communication hâtive. » Et le Ministre d’État de poursuivre : « Le temps de la justice est long. Aujourd’hui, c’est l’État qui paie tout ; nous n’avions pas d’autres choix pour permettre le retour à une situation normale dans les meilleurs délais. Nous sommes encore dans les expertises et les contre-expertises ! Nous n’avions pas d’autres moyens que de recourir à la justice pour déterminer les responsabilités des uns et des autres. »

Si le chapitre judiciaire est loin d’être terminé, une page va bientôt se tourner pour les locataires qui auront vécu « une crise vraiment sans précédent », note Serge Telle.

Albert Croesi, conseiller interministériel en charge du cadre de vie et des relations avec les usagers et Serge Telle, ministre d’État.
Albert Croesi, conseiller interministériel en charge du cadre de vie et des relations avec les usagers et Serge Telle, ministre d’État. J.D.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct