Rendez-vous solidaire jusqu'à samedi soir à la kermesse de Sœur Marie à Monaco

Le chapiteau abrite encore aujourd’hui stands d’objets, de vêtements et de nourritures… tous proposés pour lever des fonds et soutenir les actions sociales de l’association.

Cédric Verany Publié le 05/03/2022 à 11:23, mis à jour le 05/03/2022 à 12:19
Ambiance hier dans les allées de la kermesse, où la princesse de Hanovre est venue soutenir les bénévoles. Photo S.Botella et E.Mathon/Palais princier

Dès les premières minutes de l’ouverture du chapiteau vendredi matin 4 mars à 10 heures, les connaisseuses étaient déjà là, à farfouiller dans les stands pour trouver vêtements de marques ou objets divers dans les allées de la kermesse de l’Œuvre de Sœur Marie.

Le rendez-vous associatif et populaire a pris ses quartiers sous le chapiteau de Fontvieille jusqu’à samedi soir. "Nous sommes ouverts, même si la période est compliquée, inquiétante, l’énergie des bénévoles permet de tenir cette kermesse", glisse Béatrice Fresko-Rolfo qui préside l’Œuvre de Sœur Marie.

Tour du monde gastronomique

C’est une armée de petites mains qui a pris d’assaut le chapiteau pour dresser la kermesse, préparer du linge de maison brodé à vendre et collecter des objets pour garnir les stands. Il y en a pour toutes les bourses et surtout pour tous les estomacs… car nombre d’espaces gourmands sont consacrés à des pays et orchestrés par des résidents de la Principauté, originaire de ces contrées.

 

Chez les Italiens, le parmesan et le riz à risotto trônent en bonne position. Un peu plus loin au stand grec, on trouve des bouquets d’origan séché et des olives de Kalamata. Chez les Espagnols, le lomo a fait le voyage depuis la péninsule ibérique. Dénominateur commun, chacun propose son huile d’olive, plus ou moins fruitée selon les rives de la Méditerranée.

Au stand polonais, la partie liquide, c’est plutôt de la vodka pour accompagner cabanos, confitures, pain d’épices et chocolat. S’il reste de la place, le stand suisse propose encore ce midi au déjeuner, une raclette avec du fromage arrivé tout frais de la région du Valais, qui tient son AOP.

Une somme de propositions qui permet de récolter de l’argent car les actions de l’Œuvre de Sœur Marie à l’année dépendent des fonds levés par cette kermesse. "Nous avons bien sûr des donateurs fidèles qui nous soutiennent, mais cette kermesse assure notre budget", confirme la présidente, qui rappelle que l’association œuvre à l’année pour accompagner des personnes âgées, leur offrir des soins, des aides financières ou des sorties.

"Et forcément, la crise sanitaire a fait un peu augmenter les cas, notamment dans des familles où il était plus compliqué d’aider financièrement leurs aînés". D’où l’importance de cette nouvelle édition, qui se poursuit ce samedi jusqu’à 17 h.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.