“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Refonte de l'héliport : aberrant pour le patron d'Héli Air

Mis à jour le 23/12/2017 à 05:05 Publié le 23/12/2017 à 05:05

Refonte de l'héliport : aberrant pour le patron d'Héli Air

Le futur héliport voit-il trop grand ?

Le futur héliport voit-il trop grand ? Des élus se sont questionnés en séance publique au Conseil national sur ce projet pour lequel sont consacrés 80 millions d'euros au budget triennal des travaux (Monaco-Matin du 14 décembre).

Si tous s'accordent sur le fait qu'il faut rénover l'établissement, nombre d'élus ne semblent pas avoir été convaincus par le projet architectural - il a été présenté en séance privée - ni par la nécessité d'un si grand équipement.

« Il ne répond pas aux besoins »

C'est une « aberration complète » pour Jacques Crovetto, le patron de Héli Air, qui ne décolère pas. « Le projet est surdimensionné et mal adapté. Il ne répond pas aux besoins. C'est un héliport pour garer les Rolls volantes de quelques milliardaires, alors que c'est un marché fluctuant » plaide-t-il.

« L'héliport que le gouvernement veut construire donne une grande part aux hélicoptères privés, alors qu'à mon sens il faudrait un héliport plus petit et fonctionnel qui donne la priorité et le confort aux passagers pour leur enregistrement en destination finale. Dans le projet que j'ai vu, il faut monter et descendre des étages avant d'arriver à l'hélicoptère, c'est une perte de temps non envisageable » continue Jacques Crovetto, pour qui « Monaco est le seul pays au monde où le gouvernement n'aide pas ses compagnies aériennes ».


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct