“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Redynamiser urgemment le centre-village

Mis à jour le 05/04/2018 à 05:03 Publié le 05/04/2018 à 05:03
Réinvestir les galeries désaffectées permettrait de lutter contre la désertification, selon les deux camps.

Redynamiser urgemment le centre-village

Parmi les autres priorités pour le cœur du village, les deux listes s'accordent également sur la nécessité de réinvestir les lieux vacants.

Parmi les autres priorités pour le cœur du village, les deux listes s'accordent également sur la nécessité de réinvestir les lieux vacants. Avec l'objectif d'offrir un véritable espace de vie et de rencontres. Bref, du dynamisme.

Pour Paul Mazet, les finances de la commune vont de pair avec sa désertification. Aussi préconise-t-il de mener une bataille pour augmenter les ressources de Castillon. Via ses atouts fonciers et touristiques. « Les comptes du village sont dans le rouge. Pas vif, certes, mais on a laissé accroître les dépenses, sans surveiller d'assez près les recettes. Il y a bien trop de procédures en cours qui coûtent énormément et ne rapportent rien » constate-t-il, proposant en conséquence de relouer très rapidement les baux vacants (les galeries d'art désaffectées). D'abord via des baux précaires et progressifs avant un bail définitif. « Ce serait une sorte d'aide à l'installation, un moyen de mettre un pied à l'étrier des intéressés ».

Comment inciter les futurs locataires à frapper à la porte de Castillon ?

« En mai, on envisage un dimanche de casting pour montrer les richesses du village. L'idée étant de faire venir le plus de candidats possible, sans restreindre l'offre aux artistes. Il faut élargir aux artisans et aux micro-entreprises » répond-il, ajoutant être également prêt à passer par le site internet de petites annonces, « le Bon Coin ». Et pourquoi ne pas envisager « un petit pôle médical où les infirmières, qui vivent au village et travaillent à l'extérieur, pourraient s'associer ».

« Il s'agirait ainsi de rectifier le tir cette année. Pour pouvoir investir l'an prochain » poursuit-il.

Expert-comptable dans la vie civile, Guilhaume Fossat se positionne en opposition avec la liste de Paul Mazet sur la question des finances : « Elles sont bonnes, je ne suis pas inquiet. La préfecture a donné à la commune une note de 19,25. Nous ne sommes pas déficitaires, sans quoi nous serions sous tutelle de Menton. La seule chose, c'est qu'il faut faire prospérer au maximum avec le commerce pour faire monter du chiffre » assure-t-il. Estimant que « la désertification n'est pas une fatalité ».

Et de proposer, dans la même lignée que les candidats d'en face, de « louer au prix cassé de 200 euros minimum les anciennes galeries pour s'assurer un fonds de roulement ».

Le patrimoine immobilier est aussi un atout contre la désertification du village : « Il y a beaucoup de logements inoccupés et nombre de jeunes qui viennent s'installer. On fera un état actuel du patrimoine immobilier de Castillon pour pouvoir l'exploiter au mieux ».

Quant aux terrains inconstructibles, ils pourraient selon les neuf colistiers, « servir à créer du lien convivial et familial par le biais de jardins potagers ». Selon eux, une règle simple s'applique : « Il est important d'investir. Une maison que vous n'entretenez pas se détériore. Un village, c'est pareil ».

Partant du constat que la communication a manqué ces dernières années entre la municipalité et la population, « Castillon Ensemble » propose d'instituer des « rendez-vous trimestriels avec les habitants, de manière à ce que le conseil municipal rende des comptes à la population. Nous souhaitons une transparence financière totale pour une vraie confiance ».


La suite du direct