“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Place aux vénérables mécaniques

Mis à jour le 30/01/2018 à 05:24 Publié le 30/01/2018 à 05:24
Au volant de son Opel Ascona 2000, le vainqueur de 2017, Michel Decremer remettra son titre en jeu.

Au volant de son Opel Ascona 2000, le vainqueur de 2017, Michel Decremer remettra son titre en jeu. DR

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Place aux vénérables mécaniques

Alors que la 86e édition du Rallye de Monte-Carlo est tout juste clôturée, on graisse les vieux moteurs pour préparer le 21e Rallye historique. Avec plus de 300 participants, l'épreuve est toujours un succès

Tandis que s'achève tout juste le rallye de Monte Carlo, et que les bolides ultra-équipés repartent vers de nouvelles aventures, la gazoline et les vieux chromes seront de nouveau de sortie du 31 janvier au 7 février pour l'édition historique de la célèbre course. 317 véhicules ayant participé au Rallye de Monte-Carlo entre 1955 et 1980, viendront de toute l'Europe et de plus loin encore : l'Argentine et le Costa Rica seront aussi représentés.

Jusqu'au 3 février, les candidats afflueront d'Oslo, Glasgow, Barcelone, Bad Hombourg, Monte Carlo et Reims, à Bourgoin-Jallieu dans l'Isère.

Ils courront ensuite pour finalement arriver à Monaco mercredi 7 février aux petites heures du matin. Parmi les concurrents, Carlos Tavares, le grand patron du groupe PSA (Peugeot Citroën), véritable passionné de voitures anciennes et de sport automobile, au volant de sa Peugeot 104 ZS, qu'il a entièrement retapée lui-même.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.