“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

R & E retrouve ses fidèles sur la qualité de vie

Mis à jour le 26/11/2016 à 05:07 Publié le 26/11/2016 à 05:07
Le mouvement politique a organisé une réunion pour les habitants de l'ouest de la Principauté.

Le mouvement politique a organisé une réunion pour les habitants de l'ouest de la Principauté. Michael Alési

R & E retrouve ses fidèles sur la qualité de vie

Le discours politique est, étymologiquement, celui qui traite des affaires de la cité.

Le discours politique est, étymologiquement, celui qui traite des affaires de la cité. Un principe pris au pied de la lettre par le mouvement Rassemblement et Enjeux qui a convié, jeudi soir, ses fidèles à une réunion de quartier, sur le modèle de celles réalisées pendant la campagne électorale.

Quelque soixante-dix fidèles se sont donc retrouvés avec les membres de R & E pour évoquer la qualité de vie dans les quartiers de Fontvieille, du Rocher, de Plati et de la Condamine. Objectif affiché de la rencontre : informer les riverains, recueillir leurs doléances. Et permettre un échange avec les élus affiliés R & E présents : Béatrice Fresko-Rolfo, Laurent Nouvion, Jacques Rit, Christian Barilaro et Claude Boisson.

Point de non-retour

« Rassemblement et Enjeux est là et bien vivant », a rappelé d'emblée Laurent Nouvion ouvrant le débat, pour qui « les élections de 2018, c'est loin, n'en parlons pas ». Et préfère disserter sur la qualité de vie jugée « altérée » en Principauté. En ligne de mire : la circulation paralysée lors de grands événements et la démultiplication des chantiers pour lequel il plaide un phasage. « Nous avons atteint un point de non-retour. On nous rabat les oreilles avec l'attractivité. C'est bien d'accueillir des résidents étrangers mais il ne faut pas que ça se passe au détriment des nationaux, des enfants du pays et des travailleurs ».

Sur les questions d'actualité, Claude Boisson a défendu le principe d'une usine d'incinération sur le territoire national. « Mais nous n'accepterons pas cela sans garanties pour la santé. Il existe des techniques modernes, il faut y mettre le prix ».

Autre préoccupation du quartier, les problèmes de canalisation dans les bâtiments domaniaux des jardins d'Apolline qui ont conduit à de nombreux travaux et relogement temporaires. « Si on doit vivre cela pour tous les immeubles domaniaux neufs, il faut dire stop », plaide Béatrice Fresko Rolfo, qui regrette que des nationaux aient du temporairement être relogés dans des résidences de tourisme à Beausoleil ou Menton. « Ce qui est choquant, c'est le comportement du gouvernement qui agit comme un promoteur qui se défend face à des propriétaires. Il n'est pas dans son rôle » renchérit Jacques Rit.

Détruire le stade Louis-II ?

Et les élus R & E de tacler à nouveau le gouvernement sur le fait de confier de nouvelles constructions domaniales aux mêmes sociétés de promotion qui ont bâti les Jardins d'Apolline où les malfaçons semblent s'amonceler.

Autre information distillée au micro par les élus, l'évocation d'une solution alternative pour la rénovation du stade Louis-II qui viserait à démolir l'actuel bâtiment pour le replacer sur la zone du chapiteau. « Les équipements appellent à une rénovation mais imaginer la démolition du stade, tant sur le plan technique que sur le plan matériel nous semble hallucinant. Nous ne sommes pas prêts à cautionner cette idée » souffle Jacques Rit.

« Nous sommes plus que jamais au travail. Nous serons là pour relever les sujets qui nous paraissent importants avec détermination et hauteur de vue », a conclu Laurent Nouvion au nom de son groupe, avant de proposer aux participants des tables rondes, par quartier.

Si la soirée se voulait constructive, l'ex-président du Conseil national, qui se dit « serein » n'a pas omis une pique contre ses ex-amis de la majorité : « dans la vie tout se paye ». 2018 n'est peut-être pas si loin finalement ?

Les élus présents jeudi soir face aux riverains.

La suite du direct