“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Quinze siècles d'histoire de Saint-Jean-Cap-Ferrat, la fille des Alpes

Mis à jour le 16/06/2016 à 05:06 Publié le 16/06/2016 à 05:06
Apollon, le premier « tatouage » de Jean Cocteau à la villa Santo Sospir.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Quinze siècles d'histoire de Saint-Jean-Cap-Ferrat, la fille des Alpes

Saint-Jean-Cap-Ferrat est mondialement célèbre, mais n'a plus été montré depuis un demi-siècle. Que cachent les parcs, les murs et la couverture arborée de la « presqu'île aux milliardaires » ?

Saint-Jean-Cap-Ferrat n'avait plus réellement été documenté depuis… les Années folles. Or la « presqu'île aux milliardaires » n'a jamais autant qu'aujourd'hui attisé la curiosité, nourri l'imaginaire et défrayé les chroniques immobilières et financières.

L'objectif de ce très beau livre bilingue, français-anglais, publié aux éditions Gilletta, est de proposer au lecteur, à travers un long travail de documentation, une vision objective de cette péninsule en déroulant sa vie animée, ses nombreuses manifestations culturelles, son histoire méconnue, son sentier du littoral - l'un des plus beaux de Méditerranée -, associée à l'opportunité de passer de l'autre côté des murs pour pénétrer dans des propriétés d'exception.

Premier constat, le cap est davantage une île qu'une presqu'île. L'isthme étroit qui le ferme donne au site toute sa singularité et garantit une tranquillité certaine à ses habitants car, à la différence de toutes les communes de la Riviera, on ne passe pas à Saint-Jean, on s'y rend.

Une lumière exceptionnelle

Le remarquable travail d'auteur du photographe Jean-Jacques Pangrazi dévoile la presqu'île sous des angles de vue insoupçonnables et des lumières qui expliquent le défilé des peintres depuis plus d'un siècle. Le texte de Pierre Dévoluy analyse les images et commente le parcours de Saint-Jean à travers le temps et les modes.

L'ouvrage effectue aussi une passionnante remontée dans le temps depuis l'anachorète Saint-Hospice, reclus volontaire il y a quinze siècles.

On découvre aussi que la presqu'île n'a jamais été aussi verte qu'aujourd'hui en grande partie grâce à Léopold-II : pour cacher son idylle avec une très jeune fille, le roi des Belges avait acheté au début du xxe siècle la moitié ouest du cap, transformant le maquis en parc arboré. La baronne Ephrussi de Rothschild, suivie d'autres richissimes personnages, l'a imité et métamorphosé le site en un chapelet de jardins et de palais.

Un patrimoine, hors du commun, enfin révélé

Les auteurs ont réussi à convaincre la plupart des propriétaires des grands domaines de dévoiler leur patrimoine. Les révélations se succèdent : par exemple, trois de ces somptueuses propriétés, la Fiorentina, Les Cèdres et Brazilia, figureraient selon le classement Forbes parmi les cinq plus chères demeures du monde - des sommes à neuf chiffres.

L'accueil hôtelier est au diapason : autour d'établissements de charme, plusieurs 5***** dont un palace ouvrant sur une Méditerranée rêvée.

Le génie de l'inspiration

La presqu'île possède un don : celui de déclencher « des éclairs de pulsion créatrice qui provoquent chez des humains d'inattendus traits de génie ». De Cocteau, omniprésent, en passant par Somerset Maugham, Matisse, Nietzsche, Charlotte Salomon et tant d'autres, les créateurs sont vaudouisés par la magie du cap. L'architecture n'est pas en reste, Le Corbusier, Oscar Niemeyer et Norman Foster y ont laissé leur empreinte et de nouveaux talents s'y dévoilent.

Le moutonnement des pins cache cinq cents villas aux prix exponentiels mais au village enserrant le petit port de pêche, la vie s'organise naturellement unissant les Saint-Jeannois de racine ancienne aux nouveaux résidents. C'est là tout l'enjeu de cet ouvrage : témoigner aujourd'hui de la spectaculaire beauté naturelle des lieux afin de mieux la préserver demain.

Matin d'hiver sur la pointe du phare.
Les roches acérées protègent à l'ouest le littoral sauvage du cap.
Surplombant le parc aux multiples essences, le double escalier de la terrasse d'été de la Fiorentina.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.