Rubriques




Se connecter à

Qui sont les lauréats de la Fondation Prince Albert II?

Pour son quinzième anniversaire, la fondation a honoré des experts dans ses domaines d’action ainsi que 27 étudiants soutenus pour leurs recherches sur les changements climatiques.

CEDRIC VERANY Publié le 31/10/2021 à 12:00, mis à jour le 31/10/2021 à 11:56
Le souverain avec les trois récipiendaires des prix pour la santé planétaire 2021 de la Fondation Prince Albert II. Axel Bastello/Palais princier

C’est son anniversaire… mais c’est la principale intéressée qui a distribué des cadeaux. À l’occasion des quinze ans de la Fondation Prince Albert II vendredi soir au Grimaldi Forum, l’institution impulsée en 2006 par le souverain a décerné ses "Prix pour la santé planétaire" qui honorent, depuis leur création en 2008, des personnalités et des organisations actives dans trois domaines qui couvrent les missions de la fondation: la gestion de l’eau, la préservation de la biodiversité et la lutte contre le changement climatique.

"C’est pour les femmes et les hommes que nous nous donnons tout ce mal", a souligné le prince Albert II en ouvrant la cérémonie, rappelant qu’en quinze ans, les actions de sa fondation avait permis d’aider des milliers de nos contemporains et de protéger des dizaines d’espèces de faune et flore.

"Les équipes ont su faire grandir cette fondation, accompagner des projets de plus en plus complexes et ambitieux. Nous avons besoin de conjuguer nos espoirs pour avancer à nouveau tous ensemble." Et la cuvée de distinctions pour 2021 traduit cette ambition.

Autumn Pelletier, prix de l'eau

Cette jeune activiste canadienne de 17 ans, milite depuis qu’elle a huit anspour la préservation et l’accès à l’eau pour les peuples indigènes du Canada, dont elle est originaire. Un engagement qui l’a déjà conduit à la tribune de l’ONU, notamment en 2019, la même année que Greta Thunberg dont elle partage la jeunesse et la force de l’action.

Elle est la plus jeune lauréate d’un prix de toute l’histoire de la Fondation Prince Albert II. « Nous avons aussi, en lui remettant ce prix, voulu souligner l’engagement en faveur des communautés Inuit parfois oubliées », a souligné Olivier Wenden, vice-président de la Fondation Prince Albert II.

L'IPBES, prix de la biodiversité

La fondation tenait particulièrement cette année à encourager l’IPBES, une plateforme intergouvernementale scientifique et politique qui produit des rapports liés à des questions sur la biodiversité.

La secrétaire générale de l’organisme, Anne Larigauderie, a souligné que la plateforme se voit comme une "interface pour produire de la science, en sollicitant des scientifiques du monde entier".

Une manière de cumuler des connaissances concernant la biodiversité de la planète, à la manière de ce qu’entreprend le GIEC sur les changements climatiques. C’est ce qui paraît primordial aux équipes de la FPA2, "de mettre en avant l’importance de la science dans la biodiversité et encourager les passerelles entre les entités scientifiques".

 

GreenWave, prix du changement climatique 

Pour cette catégorie, la fondation a choisi d’honorer une solution active dans le changement climatique. Celle de la société nord-américaine GreenWave qui a mis au point un concert innovant d’agriculture océanique dégénérative, qui permet d’être responsable de manière environnementale et de favoriser l’économie des zones côtières.

Son co-fondateur, Bren Smith, se présente comme un pêcheur industriel "en rédemption écologique". Il a pris conscience des dégâts de son activité première et a imaginé cette solution durable, comme un fermier de l’océan.

Son principe peut être exportable partout, souple et peu onéreux à mettre en place pour cultiver des produits de la mer et faire vivre, une économie bleue.

27 étudiants obtiennent une bourse

En partenariat avec le GIEC, la Fondation Prince Albert II (soutenue par la Fondation Cuomo et le groupe Moët Hennessy) a encouragé 27 étudiants du monde entier (onze femmes et seize hommes), en leur octroyant une bourse de deux années visant à les soutenir pour achever leurs doctorats dans les domaines du changement climatique et des sols vivants.

Près de 400 étudiants avaient postulé pour obtenir cette bourse auprès du GIEC qui a favorisé des étudiants établis dans des pays en voie de développement, "pour ouvrir la porte à des scientifiques dans ces pays et en avoir partout dans le monde", a souligné le secrétaire, Abdallah Mokssit.

Pour la deuxième partie de la soirée, le prince avait confié à l’artiste Sibylle Szaggars Redford la confection d’un spectacle inédit baptisé "The way of the rain, hope for earth". Une prestation à laquelle son époux, Robert Redford, a participé en lisant un poème accompagné par la jeune pianiste monégasque Stella Almondo. Axel Bastello/Palais princier.

Le chiffre

700. C’est le nombre de projets portés en quinze ans par la fondation, ce qui représente près de 90 millions d’euros investis.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.