“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Qui est Christian Philippsen, créateur de Lebolide.com à Monaco et initiateur "oublié" du Parc Astérix

Mis à jour le 14/11/2020 à 22:45 Publié le 14/11/2020 à 22:42
Christian Philippsen.

Christian Philippsen. Photo T.M.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Qui est Christian Philippsen, créateur de Lebolide.com à Monaco et initiateur "oublié" du Parc Astérix

Résident monégasque depuis une vingtaine d'années, Christian Philippsen vient de lancer la plateforme Lebolide.com qui promet "l’efficacité des enchères au prix d’une petite annonce". Ami de René Uderzo, avec qui il a édité des albums d'Astérix, le Belge est également à l'origine du Parc Astérix auquel "Uderzo ne croyait absolument pas au début".

Résumer la carrière de Christian Philippsen en si peu d’espace serait aussi ambitieux que de déménager une vie dans le coffre d’une Ferrari.

Jetons toutefois un coup d’œil dans le rétro pour comprendre ce qui anime cet entrepreneur "timide", dont les idées ont souvent fait mouche, et qui cultive le goût de la transmission.

"Je n’invente pas grand-chose. Je vois des choses qui se font ailleurs et je m’en inspire." Sa force? Avoir su convaincre ses partenaires.

Sa chance? Des mains tendues.

Timide et culotté

A 18 ans, en 1962, Christian lance une bouteille à la mer depuis Anvers. Il adresse une lettre au journaliste-pilote Paul Frère (vainqueur des 24 Heures du Mans en 1960) dans l’espoir qu’il l’embarque au Salon de Turin.

Son compatriote trouve la missive "sympathique". Christian verra Turin. "Paul trouvait que j’avais du culot; je me trouve plutôt timide."

De retour du service militaire, en 1965, Christian fait encore preuve d’audace. Cette fois, sa plume s’adresse à Jacques Swaters, importateur de Ferrari et patron de l’Écurie Francorchamps.

Le lundi suivant, il débute chez Ferrari à Bruxelles. Passionné de design, il arpentera les circuits du monde entier, créera un concours d’élégance au Parc Bagatelle comme consultant de Louis Vuitton, ou officiera 12 ans comme expert chez Christie’s, permettant à la maison de ventes de mener la première vacation du Salon Rétromobile.

En 2019, il met fin à trente ans de présence dans le jury du concours référence de Pebble Beach. "Il ne faut pas s’accrocher à ses privilèges. Carlos Ghosn aurait quitté Nissan trois ans plus tôt, il serait vénéré."

Face aux soldats israéliens Les années quatre-vingt sont synonymes de parenthèse dans le 9e art. Membre du club Ferrari avec René Uderzo, dessinateur d’Astérix, ils créent ensemble les éditions Albert René après la disparition de René Goscinny. Et les anecdotes ne manquent pas avec son complice.

Comme en 1981, lors d’un repérage à Jérusalem pour L’Odyssée d’Astérix. Christian prend le volant d’une voiture de location avec Uderzo, sa femme et Gilberte Goscinny. Distrait, il roule sur des herses à un poste de contrôle et crève les quatre pneus.

"Dans le rétro, je vois des soldats en armes qui nous pointent. On leur a demandé s’ils pouvaient nous appeler un taxi mais ont fait venir un fourgon cellulaire! [rires]. Alors qu’on se croyait sauvés, on s’est dit qu’ils nous avaient dit n’importe quoi et allaient nous foutre en taule. On était un petit peu inquiets sur le trajet mais ils nous ont déposés à l’hôtel. On nous a regardés bizarrement! [rires] Après ça, Uderzo m’a dit qu’on allait prendre un chauffeur."

"Au début, Uderzo n’y croyait absolument pas" En 1979, Christian s’était rendu aux 24 Heures de Daytona. Des amis l’entraînent à Disney World Orlando. Parti à reculons, il passe "un très bon moment" et l’idée d’un Parc Astérix germe.

"Uderzo n’y croyait absolument pas, parce qu’ils avaient déjà accordé des licences par le passé pour de petits parcs d’attractions. Rien de qualité." Philippsen emmène son ami aux États-Unis et le convainc.

"Puis Mitterrand a été élu président de la République, ce qui a beaucoup affecté le moral des entrepreneurs et financiers. Notre projet a été mis dans un tiroir pendant quatre ans et on a dû se battre car on déroulait le tapis rouge à Disney alors qu’on nous mettait des obstacles à tous les moments. C’était un investissement d’un milliard de francs!"

Témoin des tensions entre les clans Uderzo et Goscinny, il prendra la tangente non sans regrets. "Je n’ai plus rien à voir avec le parc et on a complètement oublié que j’avais porté ce projet. Mais ce n’est pas très grave."

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.