“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Quelles recherches envisagées sur le site ?

Mis à jour le 19/10/2018 à 05:03 Publié le 19/10/2018 à 05:03
Parmi les outils utilisés pour ces recherches, cette caméra hyperspectrale permet de repérer et quantifier les espèces présentes.

Parmi les outils utilisés pour ces recherches, cette caméra hyperspectrale permet de repérer et quantifier les espèces présentes. Patrice Francour

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Quelles recherches envisagées sur le site ?

Avec ce nouveau soutien financier, débloqué au cours de l'été, l'Association monégasque pour la protection de la nature a pu évaluer ses ambitions pour l'aire marine protégée du Larvotto.

Avec ce nouveau soutien financier, débloqué au cours de l'été, l'Association monégasque pour la protection de la nature a pu évaluer ses ambitions pour l'aire marine protégée du Larvotto. Une zone déjà terrain de jeu de plusieurs scientifiques, comme Elisabeth Riera, qui prépare une thèse sur cet écosystème avec le professeur Patrice Francour, du laboratoire Ecomers. Et le docteur Cédric Hubas de l'Unité mixte de recherche Borea.

Le projet de recherche envisagé aujourd'hui consiste à étudier à la loupe l'évolution de ces récifs artificiels. Aussi bien sur le comportement du substrat qui les compose et son lien avec la faune aquatique. Que la façon dont les espèces s'établissent sur ces repaires.

Un laboratoire immergé grandeur nature, en somme, qui nécessite - et les fonds vont désormais le permettre - l'utilisation d'équipements modernes. À l'image de la caméra hyperspectrale immergeable, déjà testée une première fois au Larvotto au cours de l'été, qui permet de suivre la colonisation en identifiant rapidement les espèces présentes sur un récif.

Les scientifiques devraient également attarder leurs recherches sur la pellicule de biofilm qui recouvre ces récifs artificiels pour mettre en évidence quels pourraient être les meilleures composantes pour établir l'abri le plus favorable aux micro-organismes.

Autre volonté, celle de procéder à un suivi automatisé de l'évolution du site avec des caméras immergées pendant sept à huit heures, prenant un cliché toutes les 30 secondes, pour comprendre et suivre les déplacements des poissons dans la zone.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.