“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Quel futur président Patrick Fargeas : Mon mandat est globalement positif pour le club Rapid ? Rose Mary Morena : Nommer un directeur technique pour les catégories de jeunes Luis Bouillon : Je souhaite travailler avec tout le monde

Mis à jour le 01/06/2019 à 10:20 Publié le 01/06/2019 à 10:20

Quel futur président Patrick Fargeas : Mon mandat est globalement positif pour le club Rapid ? Rose Mary Morena : Nommer un directeur technique pour les catégories de jeunes Luis Bouillon : Je souhaite travailler avec tout le monde

Échéance importante pour l’avenir du club, son élection aura lieu le 14 juin prochain. Trois candidats sont en lice. Tour d’horizon des enjeux sur fond d’importantes dissensions...

Le 14 juin, le Rapid de Menton aura un nouveau président (1). Ou une nouvelle présidente. Aujourd’hui, nous vous proposons un dossier sur les projets présentés par Rose Mary Morena et Luis Bouillon, deux des trois candidats. Également sollicité, Pascal Pelé, troisième homme en course, n’a pas souhaité répondre à nos questions. Les mêmes pour tous les candidats... Bien entendu. Patrick Fargeas, l’actuel président élu en juin 2011, a également été questionné sur son bilan.

Il était aussi impensable de ne pas associer Hervé Berni, l’entraîneur de l’équipe première, qui vient de vivre une accession en National 3. A la croisée des chemins, le Rapid Omnisports de Menton (ROSM) s’apprête donc à vivre une échéance importante pour son avenir. Toutefois, on ne va pas vous cacher que la situation en interne est sacrément tendue. « C’est un véritable panier de crabes », commente même un proche du club. Car les manipulations et les coups bas sont légion entre des acteurs qui tentent malgré tout de faire bonne figure.

Une femme de caractère

Loin de nous l’idée de vouloir jeter l’opprobre sur le club mentonnais, mais il est impossible d’occulter le climat actuel particulièrement délétère. Phagocyté de surcroît par les futures élections municipales de 2020 plus qu’en filigrane. Explications.

Stéphane Peragnoli, actuel entraîneur de l’équipe réserve en Départemental 3, fut momentanément candidat mais ce dernier a préféré jeter l’éponge. Son désistement a profité à Pascal Pelé, actuel secrétaire général du ROSM, qui s’était pourtant écarté un temps du bureau pour, « des désaccords sur l’orientation du club », livre une source interne. Une volte-face qui fait de lui, aujourd’hui, le candidat ayant les faveurs de... Patrick Fargeas.

Face à lui, Rose Mary Morena. Une femme de caractère, dont on ne peut nier son fidèle attachement au club et sa dévotion. Mais la candidate est l’épouse d’Eric Morena, ex-dirigeant du ROSM, engagé aux côtés de Patrice Novelli (candidat de l’UDI) qui brigue la mairie de Menton. Forcément cette position ne lui apportera pas le soutien de la municipalité. Luis Bouillon, le troisième candidat, est également concerné par l’aspect politique puisqu’il fut aussi sur la liste de Patrice Novelli lors des municipales 2014. Entré au comité directeur il y a maintenant deux ans, il entraînait cette année les U8 de l’ASRCM.

Situation sportive et enjeux futurs

Le sport et la culture sont les deux principaux domaines qui offrent prestance et visibilité à une ville. À ce titre, l’accession de l’équipe première en National 3, niveau fédéral, est un atout indéniable. Rappelons que le ROSM avait quitté cet étage au terme de la saison 2009-2010. Mais un club, ce n’est pas seulement une équipe seniors. Unanimement, le constat actuel du ROSM ressemble à un véritable paradoxe. A une vieille dame ultra-maquillée qui chercherait à masquer son âge. « La situation chez nos jeunes est catastrophique », livre un entraîneur du club souhaitant conserver l’anonymat. Un coup de semonce a d’ailleurs été tiré par le maire de Menton, Jean-Claude Guibal lors des attributions de subventions aux associations qui a profité à l’Étoile de Menton.

Premier club de la cité en termes de licenciés [lire encadré ci-dessous], le ROSM tire clairement la langue et n’est pas parvenu à s’entendre ni avec l’Étoile, ni avec l’ASRCM alors qu’il a toujours grand besoin d’un socle fort pour les jeunes. Une double ou triple entente avec les clubs voisins aurait justement permis de créer une structure de jeunes avec une double vocation : sociale et compétitive. Villefranche-Saint-Jean-Beaulieu ainsi que l’AS Cagnes-Le Cros en sont les deux incarnations départementales : s’associer ou mourir ! Le futur président aura donc une mission bien compliquée au regard des enjeux divers. Mais la première priorité pour le futur élu sera avant tout de rassembler pour diriger le ROSM. Un sacré match en perspective au vu de la désunion actuelle.

Mentonnaise depuis plus de trente ans, mariée et maman d’un garçon de 23 ans, Rose Mary Morena occupe actuellement le poste de trésorière au sein du ROSM, chargée également du dossier social. Cadre dans une société financière monégasque, elle exerce les fonctions de responsable de l’organisation et réalise des audits internes en vue de l’acquisition de nouvelles sociétés. Rencontre.

Luis Bouillon, 65 ans, est le fils adoptif de Joséphine Baker. Né en Colombie, il est retraité des assurances depuis cinq ans. Si beaucoup d’observateurs s’interrogent sur sa candidature au poste de président, ce passionné de football a répondu sans détour à nos questions.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct