“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Quel est donc cet énorme bateau qu'on voit à Monaco ?

Mis à jour le 27/11/2017 à 05:19 Publié le 27/11/2017 à 05:19
Tom Van Slambrouck, le chef de projet.

Quel est donc cet énorme bateau qu'on voit à Monaco ?

Un navire colossal est arrivé sur les rives du Larvotto il y a quelques jours et fait régulièrement des allers-retours. Il travaille sur le chantier de l'extension en mer. On vous explique tout

Le Francis Beaufort est vraiment un très gros bateau. Une grosse cuve flottante de 11 500 m3, agrémentée de pompes, dont le rôle est d'aller draguer les sédiments non-pollués au fond de la mer, afin de préparer les fondations de la future extension. Car avant de poser les caissons, actuellement en fabrication à Marseille, il faut s'assurer que le fond de l'eau est plat. Il ne viendrait à l'idée de personne de poser des parpaings sur un sol accidenté. Même sous l'eau, on terrasse.

Sable et argile

C'est là que l'entreprise Jan De Nul envoie le Francis Beaufort pour entrer en action. Avec son bras de pompage qui ressemble à un aspirateur géant de 380 tonnes, il descend entre 20 et 55 mètres, et aspire les sédiments. « C'est une mixture de sable et d'argile » explique Tom Van Slambrouck, le chef de projet.

Quand la pompe de 3 500 kilowatts est en action, la cuve se remplit de cette boue à une vitesse phénoménale.

Il suffit de 40 à 50 minutes pour remplir l'équivalent de 4 piscines olympiques. Et le vacarme est assourdissant : la pompe aspire aussi des cailloux, qui sont projetés contre les parois métalliques de la cuve.

Limiter les dégâts

Une fois plein, le bateau part à deux miles nautiques pour décharger les sédiments à plus de 200 mètres de profondeur : « C'est une zone définie par le gouvernement. Il y a des mesures de courantologie pour que les sédiments restent dans les eaux territoriales monégasques. S'il y a un risque que cela parte vers la France, on n'immerge pas, détaille Tom Van Slambrouck. Et pour éviter que les sédiments se dispersent dans l'eau, on n'ouvre pas la cuve comme ça. On fait descendre le tuyau le plus bas possible. »

Des précautions qui sont prises pour limiter la turbidité de l'eau (pour ne pas qu'elle devienne trouble). Pour cela aussi, des barrières sont installées, ainsi que des bouées équipées de détecteurs. Ces bouées repèrent également les nuisances sonores que pourrait subir la faune sous-marine, et donc les limiter.

Pour que Monaco garde son eau cristalline, et la biodiversité dont elle est si fière.

Plus de 11 tonnes et 142 mètres de long, le Francis Beaufort est une dragueuse chargée de râcler le fond du Larvotto.
Ambiance bermuda et chaussette : le poste de pilotage se trouve dans la salle de vie, avec la cuisine. Ici, les chaussures de sécurité sont interdites.

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.