“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Quel avenir pour le musée naval de Fontvieille à Monaco?

Mis à jour le 31/01/2021 à 20:34 Publié le 01/02/2021 à 06:10
Claude Pallanca a créé le musée naval en 1993 à Fontvieille.

Claude Pallanca a créé le musée naval en 1993 à Fontvieille. Photo Eric Dulière

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Quel avenir pour le musée naval de Fontvieille à Monaco?

Le professeur Claude Pallanca, son créateur, espère qu’une nouvelle place pour sa collection sera trouvée en Principauté, alors que l’actuel site de Fontvieille doit être restructuré

Où sera logé le musée naval, installé depuis 1993 sur les terrasses de Fontvieille au-dessus du centre commercial? Avec la restructuration annoncée dans les années à venir de cet espace, les équipements qui s’y trouvent: espace Léo-Ferré et musée naval en premier lieu, seront amenés à quitter le site. Pour aller où ? Si l’installation de l’espace Léo-Ferré est actée non loin de là, sous le futur collège en construction à l’îlot Pasteur, pour le musée naval, l’incertitude demeure.

"On ne sait pas encore où nous allons aller, le gouvernement essaye de trouver une solution, rien n’est encore certain. Mais le chambellan du prince suit le dossier", explique Claude Pallanca. Qui veut être optimiste. Ce musée abrite une collection qui est sa vie. Celle d’un petit gamin passionné par les maquettes de bateau qui n’a jamais démordu de sa passion.

Un millier de pièces dans la collection

"Je collectionne les modèles depuis ma tendre enfance. À chaque dent de lait perdue, ma mère m’offrait une maquette et je construisais le bateau, la passion est restée".

La collection du professeur Pallanca compte aujourd’hui un millier de modèles de maquettes de navires, 580 tableaux et 200 avions miniatures. Il a arrêté de l’enrichir faute de place. Et en présente la quintessence dans le musée de Fontvieille ouvert en 1993, qui accueille 25 000 visiteurs par an.

"Chaque maquette est une joie pour moi" explique-t-il, l’esprit vif pour conter une anecdote sur chacune des pièces qui jalonnent les allées encombrées. "Je n’ai pas construit un musée avec des dons, je me suis plutôt appuyé sur des moments d’histoire et j’ai construit ou collectionné des modèles qui s’y rapportent".

Dans ce joyeux mélange se côtoient, en version réduite, autant des embarcations de l’Égypte antique que des bateaux de guerre ayant servi à Pearl Harbour, une sélection de sous-marins, des navires grecs, des drakkars de Vikings. Et une superbe maquette de l’incontournable Titanic. Parmi les pièces les plus imposantes, une reproduction du Nimitz impressionne. Tout autant qu’une gondole vénitienne qui appartenait au prince Rainier III. "Elle était exposée à l’ancien Yacht-club et pour la faire venir jusqu’au musée, nous l’avons mise sur l’eau, elle a contourné le Rocher et nous avons été six depuis le port de Fontvieille pour la porter".

Des propositions à l’international

En passionné aiguisé, Claude Pallanca possède nombre de maquettes construites à partir des plans originaux de bateaux historiques, passés aux modèles réduits. Et son expérience de service militaire dans la marine, lui a bien servi.

"J’étais dentiste de l’école navale. Beaucoup de mes anciens patients sont devenus des grands amiraux et m’ont facilité les accès pour m’autoriser à acheter des maquettes officielles qui étaient fabriquées seulement pour la marine française". C’est tout ce patrimoine qu’il voudrait mettre en valeur lors du déménagement du musée.

"En théorie il nous faudrait 3 000 mètres carrés, mais je m’accommoderais de ce qu’on me donne, je sais que c’est compliqué de trouver de l’espace en Principauté, mais je pourrais en plus du musée, créer un dépôt visitable avec le reste de la collection, ailleurs".

Et ces dernières années, les propositions n’ont pas manqué. "L’école navale des États-Unis m’a proposé de transférer ma collection chez eux. Le musée de Long Island également, tout comme les autorités de Malte… Mais c’est tellement loin. J’ai 90 ans et je ne pourrais plus aller voir ma collection si facilement. Si je peux la trouver ici ce sera mieux ".

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.