“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Quatre restaurants sous le coup d’une fermeture administrative temporaire à Monaco

Mis à jour le 03/05/2021 à 14:34 Publié le 03/05/2021 à 14:34
Illustration.

Illustration. Photo Jean-François Ottonello

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Quatre restaurants sous le coup d’une fermeture administrative temporaire à Monaco

L’assouplissement des mesures sanitaires en Principauté ne signifie pas que la Sûreté publique ne veille pas pour faire respecter les règles à appliquer dans les restaurants pour lutte contre le virus de la Covid-19.

Pour preuve, dans le Journal de Monaco en date du 30 avril, il est stipulé que quatre nouveaux établissements sont sous le joug d’une fermeture administrative temporaire de quatre jours. À savoir les restaurants La Bionda, Apero Pizza et le glacier Häagen Dazs dans le quartier de la Condamine. Ainsi que le restaurant de la salle de sports Club 39 avenue Princesse Grace.

Ces fermetures administratives temporaires interviennent après plusieurs rappels à l’ordre effectués par les forces de la Sûreté publique lors de contrôles. Pêle-mêle ce qui est reproché aux restaurateurs: non-respect du port du masque, absence de justificatif pour un client venu déjeuner, service en dehors des horaires autorisés ou vente d’alcool à emporter.

La fermeture administrative étant prononcée pour une durée de quatre jours à compter de la notification de l’arrêté ministériel, ces établissements devraient pouvoir rouvrir mardi 4 mai.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.