“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

  • Et si vous vous abonniez ?

    Au quotidien, où que vous soyez, consultez le journal complet en ligne, dès 6h du matin.

    Abonnez-vous

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Quand Sébastien Gattuso rime avec JO

Mis à jour le 12/02/2018 à 05:13 Publié le 12/02/2018 à 05:13
Aux JO de Salt Lake en 2002, Sébastien Gattuso faisait partie de l'équipe de bob à 4 de Monaco piloté par le prince Albert.

Aux JO de Salt Lake en 2002, Sébastien Gattuso faisait partie de l'équipe de bob à 4 de Monaco piloté par le prince Albert. COM

Je découvre la nouvelle offre abonnés

Quand Sébastien Gattuso rime avec JO

Chef de mission pour la deuxième fois, cet ancien bobeur et sprinteur (5 Jeux à la clef) vit une nouvelle expérience olympique comme un vrai bonheur

Sébastien Gattuso et les JO, c'est une longue histoire. En 2002, il prenait part à ses premiers Jeux olympiques d'hiver à Salt Lake. Il faisait alors partie du bob à 4 monégasque piloté par le prince Albert et était également en lice, en bob à 2, avec Patrice Servelle (pilote). « Forcément, une première participation aux Jeux marque les esprits », reconnaît celui qui a commencé le haut niveau en 1993.

« Un facilitateur »

On le retrouve en bob à 2 à Vancouver et à Sotchi (toujours avec Patrice Servelle). Sprinteur, Sébastien Gattuso a également participé aux Jeux d'été d'Athènes (2 004) et de Pékin (2 008), en athlétisme (100 m). La Grèce, berceau de l'olympisme, restera « un moment magique. Quand je suis entré dans le stade en tant que porte-drapeau, j'avais des frissons. On en prend plein la vue. »

En 2010, il intègre le Comité olympique monégasque, en charge du suivi des athlètes de haut niveau.

Après Londres (2 012), il vit à Pyeongchang sa deuxième expérience en tant que chef de mission. « Je remercie le prince Albert et le Comité olympique monégasque pour la confiance qu'ils m'ont accordée une nouvelle fois. »

Il se définit comme « un facilitateur envers et auprès des athlètes, des entraîneurs et de tous les membres de la délégation. »

Anticiper les besoins, prévoir et gérer les demandes au quotidien, faire face aux imprévus sont les maîtres mots, et ce à tout niveau (transports…). Son expérience d'ancien athlète, ayant qui plus est connu les Jeux, lui permet de connaître les formats, les attentes de certains, de prodiguer quelques petits conseils « sans jamais pour autant se glisser dans la peau de l'entraîneur. »

Présent en Corée du Sud depuis le 31 janvier, il sera de retour le 27 février à Monaco. Entre-temps, ses journées auront été bien remplies au village des athlètes et sur les sites de compétition. « Je me lève tous les jours vers 6 h 45, assiste à la réunion des chefs de mission à 7 h 30. À 8 h 45, je prends mon petit-déjeuner. Après, je suis sur le pont jusqu'au soir. Il y a toujours quelque chose à faire. »

Sur le qui-vive donc, mais avec toujours le même enthousiasme et une joie non dissimulée car « au final, c'est un vrai et réel bonheur que de partager ces moments uniques avec nos sportifs et l'ensemble de la délégation. »

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.