“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Quand l'invisible devient visible au musée Cocteau

Mis à jour le 16/04/2018 à 05:17 Publié le 16/04/2018 à 05:17
Sculptures, peintures, dessins... des œuvres autour du thème de l'invisible et de la création sont exposées actuellement au musée Jean Cocteau.

Sculptures, peintures, dessins... des œuvres autour du thème de l'invisible et de la création sont exposées actuellement au musée Jean Cocteau. Michael Alesi

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Quand l'invisible devient visible au musée Cocteau

Jusqu'au 21 mai, le lieu culturel accueille les œuvres de neuf professeurs de l'École municipale d'arts plastiques (EMAP) autour du thème « Je décalque l'invisible ». Un sujet à la fois « coctalien » et universel

L'invisible représenté par une machine en céramique qui se grippe, par l'inconscient qui s'anime sur une toile solaire ou symbolisé par des nuages vaporeux sur un dessin au fusain… Jusqu'au 21 mai, le musée Jean-Cocteau collection Séverin-Wunderman ouvre ses portes à neuf professeurs de l'École municipale d'arts plastiques (EMAP) de Menton. « Ce partenariat était important. Déjà parce que les professeurs de l'EMAP sont aussi des artistes. Mais aussi parce que Cocteau avait lui-même une démarche pédagogique. Il était préoccupé par l'héritage artistique laissé aux générations futures », détaille François Leonelli, conservatrice.

L'invisible, la base de toute création

Les professeurs de l'EMAP ont travaillé dans le cadre d'une exposition collective autour du thème « Je décalque l'invisible ». Une phrase poétique prononcée par Jean Cocteau lui-même. « Pour lui, l'invisible était la base de toute création. Cocteau voyait l'artiste comme le lien entre le visible et l'invisible. Comme celui qui rend palpable une œuvre aux yeux du public », rajoute la conservatrice. Dans Le testament d'Orphée, Cocteau évoque l'importance du message véhiculé par un poète, qu'il voit comme « le passeur de l'âme humaine. »

Gravure, sculpture, céramique, peinture… chaque professeur de l'EMAP a utilisé une technique familière et a fait appel à ses sens pour retranscrire l'impalpable d'une émotion ou d'une idée (lire ci-dessous). « Tous les professeurs ont été séduits par le thème. Car au quotidien, ils doivent travailler sur cette notion de transmission de la création artistique auprès de leurs élèves », précise Christelle Esperto, directrice de l'EMAP. Une exposition « invisible » qui laissera des traces indélébiles dans l'âme…


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.