Rubriques




Se connecter à

Proximité avec Cap 3000, activités, stationnement: où en est le quartier de la gare à Saint-Laurent-du-Var ?

Pointées du doigt depuis des années pour leur manque d’attractivité, l’avenue du Général de-Gaulle et les rues avoisinantes peinent à se développer selon les habitués des lieux. La Ville ne partage pas cet avis et défend ses projets...

Vivien Seiller Publié le 20/01/2022 à 08:30, mis à jour le 19/01/2022 à 22:07
Les commerçants pointent du doigt un manque d’attractivité pour le quartier de la gare. (Photo Sébastien Botella)

Le dossier est compliqué. Récalcitrant. Depuis des années, le constat semble inchangé: le quartier de la gare de Saint-Laurent-du-Var souffre d’un manque d’attractivité. De dynamisme. En tout cas aux dires des habitués, les commerçants en premier lieu. Le sujet a déjà fait l’objet de bien des articles dans nos colonnes. Toujours avec la même impression générale. "C’est complètement isolé, notamment par rapport à ce qu’il peut se passer dans le centre, plante Aurélien, gérant du bureau de tabac Le Laurentin, situé avenue du Général de-Gaulle. On est livré à nous-mêmes."

Installé dans le quartier depuis deux ans et demi, le professionnel s’attendait à découvrir un quotidien plus rythmé. Plus dense. Ce n’est pas le cas. "Il n’y a aucune activité, on ne pousse pas les gens à venir ici", regrette-t-il derrière son comptoir.

"Il ne se passe jamais rien ici"

Gérant du restaurant The 2 Brothers, rue Leonard Anfossi, Jean-Marie fait le même constat. Chez lui, l’optimisme est bien enfoui. "Je ne connaissais pas le quartier au moment de m’installer, reconnaît-il. Ce n’est pas du tout dynamique! J’ai eu des affaires dans différentes villes du coin, c’est la première fois que je vois des commerces proches d’une gare qui tirent la langue. Il ne se passe jamais rien ici."

Restaurants, boulangerie, bureau de tabac, pressing. Les enseignes ne manquent pas mais la proximité avec Cap 3000 ne semble pas arranger les choses. Doux euphémisme. Les professionnels le savent et tentent de se démarquer. Pas toujours facile. "On essaie de mettre des couleurs pour attirer le regard, ça fonctionne un peu mais ce n’est pas le Nirvana, souffle Jean-Marie. Oui, Cap 3000 fait beaucoup de dégâts. Le port aussi. Les gens ont des œillères, ils vont dans les grosses structures. Ils sortent de la gare et tracent directement chez eux. Ils ne regardent ni à droite, ni à gauche. De toute façon, il n’y a rien qui attire le regard ici."

 

"La place est belle, mais elle prend la poussière"

Vraiment rien? "On a une très jolie place (1) devant la gare, mais elle ne sert strictement à rien, pense Aurélien. Elle est belle, mais elle prend la poussière. Ce serait peut-être judicieux de déplacer le marché ici." Une façon d’apporter de la vie pour attirer les habitants dans le quartier. Pour le moment, ce n’est pas franchement le cas. "J’habite près de la gare mais je ne traîne jamais là-bas, reconnaît Élodie, Laurentine depuis vingt ans. Le parvis a été refait mais c’est toujours aussi triste. Et si on traverse la passerelle au-dessus des rails, c’est encore plus pourri."

D’autant plus que le problème du stationnement n’est jamais bien loin. Il rôde dans les esprits. "Un économiste a dit « No parking, no business" (2), illustre Jean-Marie. Avant, on en avait un petit devant le restaurant. Mais maintenant c’est réservé aux taxis. »

Remise en question des commerçants?

"Beaucoup de places sont bloquées par les gens qui prennent le train le matin, il n’y a pas de roulement, enchaîne le gérant du bureau de tabac, avant de prendre un exemple concret. On a des arrêts minutes devant le commerce, mais cette voiture est garée là depuis deux heures, par exemple…"

Aurélien tente de positiver. Le commerçant veut croire en l’apport d’une petite supérette, ouverte il y a deux mois tout juste à quelques mètres de là. Même si le gérant de cette nouvelle enseigne reconnaît lui aussi "un manque de dynamisme."

 

Alors comment booster l’attractivité? Certains pointent un manque de considération de la part de la Ville, - "Il faut s’occuper un peu des petits commerçants qui donnent la vie aux quartiers", - tandis que d’autres explorent des pistes plus personnelles. "On peut aussi se remettre en question, peut-être qu’on a des commerces qui manquent d’attractivité…"

1. La place Georges Foata, située devant la gare, a été refaite et inaugurée en 2016.

2. Citation de Bernard Trujillo, spécialiste de la distribution né en 1920 et auteur de déclarations marquantes sur le sujet.

« Il existe une dynamique », selon la mairie

La tonalité du discours et le fond des propos ne sont pas tout à fait les mêmes dans les couloirs de la mairie. Sondé sur le sujet, Joseph Segura se veut volontariste. Le maire laurentin assure que la Ville fait le maximum pour ce quartier. Écoute et action. « Il y a un suivi avec les commerçants, rassure le premier magistrat. Il y a vraiment une dynamique aujourd’hui. »
L’édile assure que l’arrivée de la ligne 4 du tramway et les travaux prévus sur site vont remodeler les lieux. « Demain, ce sera LE quartier de Saint-Laurent-du-Var. D’abord, il y aura une station de tramway pour la ligne 4 au niveau de l’îlot gare sud, ce bâtiment tagué et affreux qui se trouve en face de la gare (le long de la route de la Gare, N.D.L.R.) sera démoli d’ici 2 025. À la place, il y aura un parking relais et l’arrêt de tramway. La passerelle existante au-dessus des rails sera supprimée. On travaille sur une nouvelle, qui sera accessible aux personnes à mobilité réduite et qui va s’intégrer au parking relais. Il y aura aussi une requalification de l’avenue du Général de-Gaulle. Visuellement ça va tout changer. [...] On est conscients qu’il faut améliorer la gare. »
Quid des activités proposées par certains commerçants, comme le déplacement du marché sur la place Georges Foata ? « On l’a eu fait. Les paysans étaient installés devant la gare, mais ils ont voulu rester sur une autre place non loin. À Noël, il y avait un sapin immense. Le quartier de la gare était illuminé, c’était festif. Les animations, elles y sont. » Joseph Segura encourage les professionnels à prendre les choses en main. « C’est aussi le rôle de l’association des commerçants de mettre en place des animations. [...] Et puis, on est aussi frappé par la Covid. Depuis deux ans, il y a moins d’animations. »
Et sur le plan commercial ? Le maire ne veut pas croire à une forme de concurrence entre Cap 3000 et le quartier de la gare. « On n’est pas du tout dans la compétition, nous n’offrons pas les mêmes prestations à la gare qu’à Cap 3000. Il ne faut pas les opposer. »

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.