“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Procès Air Cocaïne: "Les innocents, ça existe"selon l'avocat d'Henri Bartolo alors présenté comme la "neuvième roue du carrosse"

Mis à jour le 03/04/2019 à 09:08 Publié le 03/04/2019 à 09:00
Mes Flora Gavuzzo et Philippe Dehapiot, avocats de Michel Ristic.

Mes Flora Gavuzzo et Philippe Dehapiot, avocats de Michel Ristic. Dominique Leriche

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Procès Air Cocaïne: "Les innocents, ça existe"selon l'avocat d'Henri Bartolo alors présenté comme la "neuvième roue du carrosse"

"Condamner, c’est ne pas avoir l’ombre d’un doute et vous n’avez pas l’ombre d’une certitude", Me Flora Gavuzzo a plaidé ce mardi aux intérêts de Michel Ristic, l’un des trois "seconds couteaux" du dossier, selon l’expression de l’accusation qui a requis une peine de six années de prison.

"Condamner, c’est ne pas avoir l’ombre d’un doute et vous n’avez pas l’ombre d’une certitude", Me Flora Gavuzzo a plaidé ce mardi aux intérêts de Michel Ristic, l’un des trois "seconds couteaux" du dossier, selon l’expression de l’accusation qui a requis une peine de six années de prison.

L’avocate du barreau d’Aix et son fameux confrère Me Philippe Dehapiot (Paris) ont réclamé un acquittement pour leur discret client, soupçonné d’avoir participé à la prise en charge des valises suspectes déposées à l’aéroport tropézien.

Sauf que ni le personnel de l’aéroport, ni celui de l’hôtel La Farandole à Sanary (où les protagonistes ont séjourné) ne l’ont reconnu.

 

Me Romain Callen, avocat d’Henri Bartolo.
Me Romain Callen, avocat d’Henri Bartolo. D.L.

Me Romain Callen, défenseur d’Henri Bartolo, a lui aussi demandé à la cour "de rendre son innocence à cet homme." L’accusé toulonnais, présenté comme "la neuvième roue du carrosse" (en référence au nombre d’accusés) par l’avocat général, avait confié la somme de 100.000 euros à son ami d’enfance Frank Colin, alors que celui-ci participait à l’organisation des vols suspects.

Deux à trois ans de prison ont été requis.

Si Henri Bartolo a reconnu avoir sollicité Frank Colin pour solder un compte en Suisse caché au fisc (il est renvoyé devant un tribunal correctionnel pour ces faits), il conteste avoir eu vent du projet de son coaccusé.

Son avocat a dressé le portrait d’un homme "travailleur", "très économe" et a situé son comportement "au-delà de la limite de la naïveté". "Les innocents, ça existe… "


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.