Rubriques




Se connecter à

Printemps des Arts : Hélène Grimaud pour piano aqueux !

« Que d'eau, que d'eau !

André PEYREGNE Publié le 08/04/2017 à 05:15, mis à jour le 08/04/2017 à 05:15
La célèbre pianiste française s'est produite à l'Opéra jeudi soir dans un programme sur le thème de l'eau.
La célèbre pianiste française s'est produite à l'Opéra jeudi soir dans un programme sur le thème de l'eau. A.P.

« Que d'eau, que d'eau ! », aurait dit Mac-Mahon en lisant le programme du récital de la célèbre et médiatique pianiste Hélène Grimaud, vendredi soir en la Salle Garnier, coproduit par l'Opéra et le Printemps des arts.

On y entendait en effet les Jeux d'eau de Ravel, les Jeux d'eau de la villa d'Este de Liszt, la Cathédrale engloutie de Debussy, le Wasserklavier de Berio, le Rain tree de Takemitsu , etc. Un récital de piano aqueux !

 

La belle Hélène, apparue en pantalon et corsage noir, avec la simplicité et le sourire d'une étudiante sage, a enchaîné ce programme sans interruption entre les partitions. Il y avait là des œuvres françaises, allemandes, espagnoles, romantiques, impressionnistes, modernes, et, curieusement, elle enchaîna tout cela sans différence de style.

Elle avait certes un beau son, un toucher magnifique, une virtuosité lumineuse mais, d'une pièce à l'autre, on avait l'étrange impression d'entendre la même œuvre. Cela continua en deuxième partie du concert où le style de la 2ème. sonate de Brahms - qui, elle, n'appartenait plus au thème aquatique - fut guère différent de celui de la Cathédrale engloutie.

Le souvenir du récital de la belle Hélène Grimaud ruissellera dans nos mémoires sans s'y attarder…

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.