“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Primé pour ses clichés

Mis à jour le 02/11/2016 à 05:08 Publié le 02/11/2016 à 05:08
C'est ce cliché, lors d'un combat de boxe, qui sera exposé au Salon de la photo à Paris.

C'est ce cliché, lors d'un combat de boxe, qui sera exposé au Salon de la photo à Paris. L.B

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Primé pour ses clichés

Lauréat d'un concours de photographes amateurs, notre correspondant Laurent Boxberger verra l'un de ses clichés exposé au salon de la photo à Paris. Focus sur ce passionné roquebrunois

Il se balade rarement sans son appareil photo. Quand il n'est pas sur le terrain pour grappiller des infos pour Nice-Matin, Laurent Boxberger (alias L. Boxitt), notre correspondant sportif, dégaine à tout va l'un de ses dix objectifs.

À l'affût d'une bonne prise. D'un instant à capturer. Cette opiniâtreté dans la prise de vue lui a valu, tout récemment, d'être primé lors d'un concours de photographes amateurs, organisé par Nikon Passion. Du coup, son cliché, pris lors d'un combat de boxe à Menton, sera exposé au Salon de la photo à Paris du 10 au 14 novembre. Au milieu du gratin de ce microcosme numérique.

Une « reconnaissance forcément valorisante » pour ce Mentonnais de 45 ans, pur autodidacte. Il y a une décennie (déjà !) lorsqu'il ouvre les portes de notre « canard », Laurent s'essaye à la photo. Non sans ratés. « Je n'étais pas très doué au départ, reconnaît-il humblement. Puis, je me suis aguerri en lisant les forums, en m'aidant des conseils de professionnels, en soumettant mes photos à la critique. »

Tout le propre de la photographie que de se forger une expérience en comprenant ses erreurs.

« C'est une remise en question permanente. Il faut rater pour être correct ! Il y a beaucoup de technique : la lumière, l'ouverture du diaphragme, le réglage des ISO, la vitesse, le vocabulaire… »

Et puis il y a l'œil. La vision instantanée de l'environnement. Propre à chacun. Chez Laurent Boxberger, cela donne ça ! En cinq photos, choisies par ses soins et nourries d'un petit commentaire.

Dans les dents !

Le 25 juin 2016, Laurent couvre un championnat du monde de boxe anglaise en plein air sur l'esplanade Francis-Palmero. Du punch et des paillettes sur le ring. En mode « rafale », il immortalise un boxeur niçois assénant des coups dévastateurs à son adversaire. Ici, on a Damiano aux yeux exorbités, les cordes qui ne cachent pas les visages, l'arbitre en arrière-plan, l'adversaire qui voit des étoiles, et toutes ces gouttes de sueurs qui sont figées en l'air, explique-t-il, avant d'avouer. Ici, il y a une grosse part de chance ! »

La « libellule » ne fait pas le printemps (septembre 2016)

Dans le flou verdoyant, une libellule fait face à l'objectif, l'abdomen posé sur une fleur. « Là, c'est de l'esthétisme pur. On est sur de la macro. La technique, c'est d'observer l'insecte, de l'approcher tranquillement pour ne pas qu'il s'échappe. »

Menton et le Cap-Martin dans le rouge (janvier 2015)

Certes, la photo ne vaut jamais l'instant présent. Mais ici le ciel rougeâtre offre une sublime carte postale nocturne des environs.

« Quand j'ai vu ce ciel de chez moi, j'ai pris mon grand-angle et suis allé jusqu'au cimetière du Vieux-Château. Là, j'ai paramétré un temps de pause d'une vingtaine de secondes (1). »

Monaco dans la lumière

(juillet 2015)

La dernière note du feu d'artifice pyromélodique s'échappe dans l'horizon monégasque. Positionnés au Vista Palace, les photographes amateurs battent en retraite. Laurent reste, le grand-angle en bandoulière. « Ici, le temps de pause est de 53 secondes. On voit les lumières qui bougent en Principauté, les bateaux qui sont restés statiques, le nuage de fumée du feu d'artifice qui vient saupoudrer la nuit. Une ambiance qui rend la photo futuriste. »

Un cliché primé en 2015 pour le même concours.

Un bourdon en plein vol

(mai 2015)

Un vol teinté de « poésie ». Sur ce cliché, un bourdon part pour une destination inconnue, sans doute pour butiner ici et là. « Toute la complexité de la photo est d'avoir la netteté sur l'insecte. Il faut un peu de technique et activer le mode rafale ». Et sans doute une once de patience pour dégoter une image convenable.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.