“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Prélude d'un nouveau coeur de Monte-Carlo

Mis à jour le 21/09/2017 à 11:34 Publié le 21/09/2017 à 05:17
L’aile Beaux Arts à droite entame sa mutation, alors que les premiers immeubles de One Monte-Carlo sortent déjà de terre.

L’aile Beaux Arts à droite entame sa mutation, alors que les premiers immeubles de One Monte-Carlo sortent déjà de terre. Photo C.D.

Prélude d'un nouveau coeur de Monte-Carlo

Encore quinze mois sont prévus au calendrier pour rebâtir l’Hôtel de Paris et construire le complexe qui remplace le Sporting d’hiver. Pour faire entrer le quartier dans le XXIe siècle

La première fois que l’idée a été évoquée à la Société des Bains de Mer, c’était en 2009. Aujourd’hui, difficile de passer au travers de la révolution qui se joue autour de la place du Casino. La refonte de l’Hôtel de Paris et la construction du groupe d’immeubles One Monte-Carlo, engagées depuis 2014, est en phase active pour quinze mois encore.

Entre le futur hôpital et l’extension en mer, il est au top 3 des chantiers les plus vastes en Principauté. Un chantier qui mobilise 80 personnes pour l’ingénierie, jusqu’à 700 ouvriers au plus fort côté Hôtel de Paris et 350 pour One Monte-Carlo.

"Le nom de code du projet en interne, c’est 14-18, pour 2014-2018", souligne Daniel Lambrecht, directeur immobilier de la SBM, référence à ces cinq années consacrées au double projet. Mais aussi à cette armée nécessaire pour développer 60.000 m2 côté Sporting et 55.000 m2 au palace. Pour le premier, le béton est encore légion. Pour le second, le phasage des travaux fait qu’une partie de l’hôtel rénové est déjà en activité.

Un objectif fixé aux équipes au départ: ouvrir l’aile Rotonde pour le Grand Prix 2017. Si le restaurant Le Grill a tenu le pari pour accueillir les premiers clients venus voir passer les F1, la livraison des chambres dans le bâtiment s’est faite progressivement jusqu’à l’été.

Le rush avant l’été

"Cette première partie nous a permis aussi d’expérimenter le retour de la clientèle sur ces nouveaux espaces avant leur finition complète", commente Daniel Lambrecht, responsable du projet, qui avoue avoir mis le turbo avec les équipes pour être opérationnel lors de la saison estivale.

La façade historique de l’hôtel, en cours d’empaquetage pour être toilettée.
La façade historique de l’hôtel, en cours d’empaquetage pour être toilettée. Photo C.V.

"Nous avons loué en saison jusqu’à 90 chambres pendant l’été, soit 50 % de taux d’occupation, c’est une belle réussite." Et une primeur pour les clients de découvrir la nouvelle atmosphère du palace imaginée par les architectes Richard Martinet et Gabriel Viora.

En parallèle, à l’autre bout du bâtiment, les ailes Beaux Arts et Casino sont, elles, entrées depuis juin dans le chantier. À la différence de l’aile Rotonde, détruite et rebâtie à l’identique, le choix a été fait de conserver ces deux ailes, bâtiments historiques de la reconstruction de l’hôtel en 1909.

"Une phase de curage globale a été nécessaire pour ne conserver finalement que les façades. Et nous sommes tombés sur quelques surprises, des murs mixtes, certains faits de parpaings, d’autres en briques. Mais dans un chantier pareil, on n’échappe pas à des découvertes."

Notamment pour la partie qui abritait le Crédit lyonnais où une poche calcaire résistante a été décelée dans le tréfonds, nécessitant une méthodologie de démolition plus approfondie.

Un étage supplémentaire

Autre défi d’envergure pour les prochains mois: ajouter un niveau supplémentaire à l’aile Casino du bâtiment, donnant sur la place. L’étage logera une suite unique de 600 mètres carrés avec piscine, à l’abri des regards des piétons, car en partie dissimulée par les dômes de la façade.

"Pour ce projet, il a fallu revoir également la portée des piliers initiaux du bâtiment, capables de supporter ce nouveau poids."

Pendant ce temps, la façade sera toilettée. Le bar Américain, qui demeure ouvert en soirée pour la période du Monaco Yacht Show, sera entièrement restructuré pour finir l’année 2017.

Il reste ensuite un an pour boucler la boucle. Et Daniel Lambrecht y croit. "Sans gros problème majeur, à quinze mois de l’échéance, nous sommes dans la ligne pour livrer ce nouveau Monte-Carlo, comme prévu, en fin d’année 2018."


One Monte-Carlo : sept bâtiments à éclore

 

Le temps des sensibilités sur la destruction du Sporting d'hiver est passé. À l'emplacement de l'ancien édifice Art déco se développe un bâtiment contemporain. Ou plutôt sept immeubles qui composeront un quartier ultra-moderne pensé par les architectes Richard Rogers et Alexandre Giraldi, baptisé One Monte-Carlo.

Un chantier qui était mal parti. Les aléas des déménagements des boutiques du Carré d'or ont retardé de six mois, en 2014, la destruction du bâtiment. Qui n'était pas la plus délicate étape.

"Le plus périlleux dans ce projet est que nous avons creusé jusqu'à 35 mètres. Plusieurs sondages en amont du terrain avaient été réalisés. Notre principale crainte était de tomber sur une gypse caverneuse qu'il aurait fallu combler", commente Daniel Lambrecht, directeur immobilier à la SBM, qui précise que sur ce coup, "sainte Devote a été avec nous".

Pas de grotte surprise en effet dans la terre calcaire. Et la cadence de l'excavation a pu être dopée.

"Nous avons pu extraire jusqu'à 1.000 m3 par jour, ce qui est conséquent car un camion peut contenir dix tonnes." Le retard de six mois a été rattrapé jusqu'à voir apparaître depuis plusieurs semaines la superstructure du bâtiment.

Un étage toutes les trois semaines

Dans les 35 mètres creusés, outre des étages de parkings, seront abrités un plateau technique, les cuisines de l'Hôtel de Paris, des bureaux. Et une grande salle de conférences. Identique à la Salle des Arts du feu Sporting d'hiver. Les décors en stuc de la salle rococo ont été moulés pour une reconstruction à l'identique dans ce bâtiment moderne.

À l'air libre, One Monte-Carlo accueillera une série de boutiques au pied des sept immeubles. Le plus haut comptera quinze niveaux, le plus bas seulement neuf. Les autres, de onze niveaux d'appartements, seront alignés à la perspective de l'Hôtel de Paris.

Le sous-sol a été creusé jusqu'à 32 mètres en profondeur.

Aujourd'hui, au rythme du chantier, les ouvriers montent un étage toutes les trois semaines. « On devrait achever le gros œuvre, début mars », espère Daniel Lambrecht.

En quinze ans à la SBM, celui-ci a supervisé la construction du Monte-Carlo Bay, les travaux du Beach, de la Salle Garnier. Pour One Monte-Carlo, la partition était encore nouvelle.

"Nous avons dû expérimenter des techniques particulières pour plusieurs points du bâtiment. Notamment de manière à trouver la bonne courbe du vitrage pour les façades dessinées par Richard Rogers."

Un moule spécial pour concevoir des parois de verre de 7 mètres de haut, à l'inclinaison souhaitée, a été conçu pour ce projet. Puis testé pour sa résistance à l'eau et au vent.

Sept bâtiments composent ce nouveau quartier à l'ouest de la place.

Ces façades devraient être placées au printemps. Date à laquelle les locaux des boutiques seront livrés pour aménagement aux différentes enseignes.

"S'ouvrira alors un challenge logistique car la seule avenue des Beaux-Arts servira de plateforme aux chantiers de l'Hôtel de Paris, de One Monte-Carlo et d'une trentaine de petits chantiers privés gérés par chaque locataire de boutique." Un autre casse-tête à venir…


Le Louis-XV relogé à la Rotonde

Trois étoiles et vue mer. L'équation n'existait pas encore en Principauté. Elle a été rendue possible dans le vaste mouvement du chantier de l'Hôtel de Paris. Jusqu'à la fin de l'année 2018, la table étoilée d'Alain Ducasse, le Louis-XV, a pris ses quartiers dans l'aile Rotonde du palace, en lieu et place de l'ancien Côté Jardin.

On retrouve tout l'art de la table, dans un décor plus cosy et - c'est une première dans l'histoire du Louis-XV - une ouverture sur la mer depuis les jardins où l'on peut dîner en plein air.

"Nous nous limitons à une cinquantaine de couverts entre la salle et la terrasse pour répondre à notre exigence de service et de qualité", commente le directeur de salle, Michel Lang.

La salle est pourtant vaste, meublée dans des tons crème et chaleureux. Avec, en primeur, un espace cave à vins, privatisable en salle à manger. Un caractère inédit pour les clients, qui retrouveront le salon historique du Louis-XV, à la réouverture du palace.

Il ne doit pas bouger. En revanche, le déménagement du restaurant a été contraint du fait des travaux dans l'aile des Beaux Arts qui ont nécessité la destruction de la cuisine du restaurant triplement étoilé.

"Il a fallu s'adapter", confie le chef Dominique Lory, qui travaille avec du matériel neuf réparti dans deux cuisines : une dédiée à la rôtisserie, une autre pour le reste des préparations, aux portes de la salle du restaurant.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct