“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Pourquoi le Grand Prix de Monaco est une légende ?

Mis à jour le 25/05/2019 à 10:11 Publié le 25/05/2019 à 10:10

Pourquoi le Grand Prix de Monaco est une légende ?

Présents à l’avant-première du documentaire qui retrace 90 ans d’histoire, Alain Prost, Jackie Stewart, Jacky Ickx et David Coulthard ont répondu à la question, évoquant leurs souvenirs

Leur œil pétille à la question de savoir pourquoi le Grand Prix de Monaco est si particulier… Ils s’y sont tous les quatre frottés au circuit monégasque. Alain Prost a été quatre victorieux en 1984, 1985, 1986 et 1988 ; Jackie Stewart trois fois en 1966, 1971 et 1973 ; David Coulthard à deux reprises en 2000 et 2002. Jacky Ickx, lui, ne s’est jamais imposé à l’époque où il était au volant, mais il a été directeur de la course, notamment celle de 1984 où il a interrompu l’épreuve pour cause de trombes d’eau.

Les quatre anciens pilotes professionnels étaient, mercredi soir, invités à l’avant-première du documentaire Grand Prix de Monaco, la légende. Documentaire dans lequel ils témoignent tous les quatre. Sur le photocall, avant d’entrer dans la projection, ils ont répondu à la question : « Pourquoi le Grand Prix de Monaco est une légende ? »

« C’est la course à gagner »

« Parce qu’il ne ressemble à aucun autre », lance Jacky Ickx. « Il est construit sur la légende de pilotes d’avant-guerre qui faisaient des choses extraordinaires avec des voitures compliquées, sans assistance. Des passionnés d’automobiles et des leaders ont fait perdurer cette légende. Il y a un esprit de corps dans cette organisation, une ville qui suit les traditions. Monaco ne ressemble à aucun autre circuit au monde », estime le Belge, fidèle de longue date de la Principauté. « Ici, il faut conduire sur un fil, on ne peut pas flirter avec les rails de trop près car si on les touche, c’est fini. Il y a une énorme exigence, mais c’est la course à gagner ! ».

Un avis que partage David Coulthard. L’Écossais, qui s’est imposé deux fois à Monaco, y a posé ses valises depuis longtemps avec son épouse Karen et leur fils. « On parle de légende pour plusieurs raisons. D’abord pour son histoire, l’idée folle de faire cette course en pleine ville. Monaco, c’est bien plus qu’un Grand Prix ! Pour un pilote, c’est une course dans laquelle il faut savoir pousser ses limites. Chaque Grand Prix est important mais tous les Grands Prix n’ont pas le prestige et le challenge que l’on trouve à Monaco ».

« Le joyau de la couronne »

Français le plus titré sur la piste monégasque, Alain Prost explique voir Monaco comme sa seconde patrie. « C’est un Grand Prix unique, prestigieux, teinté de traditions. Je trouve ça génial et indispensable », détaille-t-il. « C’est aussi un Grand Prix où il y a plus de travail, plus de monde, plus de journalistes, mais on le fait avec beaucoup de plaisir. C’est celui ou il faut être et qu’il faut gagner ». Lui, l’a fait quatre fois. « Mais à titre personnel, c’est le Grand Prix auquel j’ai le plus assisté. La première fois, c’était en 1969 avec mes parents ».

À cette époque, Jackie Stewart était déjà au volant, lui. L’ex-pilote britannique estime que le Grand Prix monégasque doit sa légende au fait que c’est « le joyau de la couronne ». Et évidemment, « la course à gagner ». Son plus beau souvenir à Monaco pourtant, n’est pas en Formule 1 mais en Formule 3, quand il s’impose pour la première fois en Principauté dans cette discipline. « Le premier homme qui est venu me féliciter, c’était Fangio. Et je ne l’oublierai jamais car, pour moi, à l’époque, c’était l’homme le plus incroyable que je connaisse ».

Manuel Vitali/Dir’Com’

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct