Pour la semaine de réduction des déchets, les lycéens monégasques stylisent leurs vieux vêtements pour une mode éco-responsable

A l’occasion de la Semaine européenne de la réduction des déchets (SERD), la Principauté organise plusieurs rendez-vous. Ce jeudi, le Musée océanographique a accueilli 70 lycéens pour les éveiller à la mode écoresponsable et au recyclage de vêtements.

Article réservé aux abonnés
Jessica Granato Publié le 25/11/2022 à 11:00, mis à jour le 25/11/2022 à 11:48
Les élèves ont pu ramener leurs propres vêtements et utiliser des tissus à leur disposition pour créer de nouvelles pièces. Photo Jean-François Ottonello

Changer l’image polluante de la mode. Voilà autour de quoi tournait cette édition de la SERD. Pour l’occasion, des élèves des établissements scolaires monégasques ont été invités au Musée océanographique pour partager une journée avec des créateurs de mode écoresponsable afin de leur montrer qu’il est possible de créer des vêtements sans polluer.

Un « challenge influenceur » était également organisé pour permettre aux lycéens de faire des photos au sein du musée en portant des tenues de créateurs responsables. Photo Jean-François Ottonello.

Créer avec de l’existant

Pour les immerger complètement dans la peau de stylistes engagés pour l’environnement, le musée, en partenariat avec la Mission de la Transition Écologique (MTE) a décidé de "les réunir autour de quelque chose d’assez ludique". Le référant des actions écoresponsables du Musée Océanographique, Serge Gobbi, a mis en place différents ateliers pour les occuper toute la journée. Parmi lesquels le "challenge créateurs", qui leur demandait de créer un ou plusieurs vêtements à partir de matériaux déjà existants.

Les élèves ont pu ramener leurs propres vêtements et utiliser des tissus à leur disposition pour créer de nouvelles pièces. "J’ai apporté un jean qu’on va transformer en corset pour lui donner une nouvelle vie", explique Marie-Charlotte, élève de seconde au lycée FANB, assise en face d’une machine à coudre qu’elle apprend à utiliser.

C’est également le moment pour ces jeunes de rencontrer des acteurs de la mode écologique. Photo Jean-François Ottonello.

Du partage entre créateurs et lycéens

C’est également le moment pour ces jeunes de rencontrer des acteurs de la mode écologique. Louanne, aussi élève de seconde à FANB, est passionnée de mode et voit dans cette journée une réelle opportunité. "On voit plein de choses qu’on n’aurait pas pu voir sinon. J’ai pu discuter avec des créateurs et faire évoluer ma vision de l’écoresponsabilité."

C’est aussi le moment pour ces créateurs de rencontrer des jeunes impliqués dans la cause environnementale. Serpil Duzgun représentante de la marque Bukawa Swim, constate l’importance de cette rencontre. "Cette génération s’intéresse vraiment à cette nouvelle façon de faire de la mode, ils sont très à l’écoute et peuvent nous inspirer pour continuer à créer."

L’objectif principal était de donner aux jeunes une idée de comment créer la mode de demain. Photo Jean-François Ottonello.

"L’écologie et le recyclage ne sont pas des contraintes"

L’objectif principal était de donner aux jeunes une idée de comment créer la mode de demain. Inès Bensalah, créatrice de la marque monégasque Inessa Creations et co-organisatrice de cet évènement constate l’engouement général lors de cette journée.

"Le centre de cette cause ce sont les jeunes, les acteurs d’aujourd’hui et de demain, le but c’est de communiquer de transmettre et de les éduquer et c’est magique parce que ça marche. Ils ont aussi besoin d’apprendre ça, c’est un peu comme un guide de survie pour plus tard, ça développe leur côté créatif et leur indépendance."

Serge Gobbi résume finalement cette journée. "On a essayé de leur montrer que tout est lié, que ce soit la mode, le recyclage et la protection de la biodiversité et qu’ils voient que l’écologie et le recyclage ne sont pas des contraintes."

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.