Rubriques




Se connecter à

Pour Christian Chabert du collectif "Estérel pour tous", le temps presse pour le massif : "on a perdu six ans et l’Estérel empire"

Le créateur du collectif Estérel pour tous s’interroge quant à l’obtention du label Grand site de France du massif. Mais espère un renouveau avec le changement de direction du SIPME.

Propos recueillis par Anaïs Grand Publié le 07/01/2022 à 10:00, mis à jour le 06/01/2022 à 21:16
Selon Christian Chabert, l’obtention du label Grand site de France pour le massif de l’Estérel était espérée pour 2022, voire 2023. (Photo Philippe Arnassan)

Il est des projets qui voient les choses en grand, comme en témoigne celui du massif de l’Estérel. Deviendra-t-il, un jour, un Grand site de France?

Le Syndicat intercommunal pour la protection du Massif de l’Estérel (SIPME) œuvre en ce sens depuis 2012, tout du moins, aux côtés d’associations et de clubs. Mais aussi de collectifs. Dont "Estérel pour tous", créé en 2018 par Christian Chabert.

Pour Var-matin, le passionné d’alpinisme retrace les actions, les combats, les espoirs du collectif, pour venir à bout de l’opération menée par le syndicat.

 

Quel bilan dressez-vous de l’année achevée?
Au départ, le travail était énorme pour faire de l’Estérel un Grand site de France. Le SIMPE nous avait sollicités à la création du collectif. Mais depuis que Frédéric Masquelier a pris la tête du syndicat en juin dernier, en tant que président, le travail s’est passé sans nous (les bénévoles, Ndlr) et une partie de notre vision de l’Estérel a été détournée.

Vous parlez notamment du balisage des pistes…
Les travaux du schéma d’accueil du public ont été finalisés en 2021. Le syndicat a pris des décisions en ce qui concerne les sentiers à entretenir, ceux interdits et ceux qui ne seront pas entretenus mais que l’on pourra tout de même emprunter – à nos risques et périls. On a demandé des modifications pour des pistes de VTT, pédestres et d’escalade.

Certaines ont été accordées et d’autres non. Le projet de réserve biologique intégrale de l’Office national des forets (ONF), principal gestionnaire du massif, y est aussi pour quelque chose. Il va compliquer le schéma d’accueil par endroits, car il sera plus restrictif. Je pense, par exemple, au terrain d’aventure du Cap Roux pour l’escalade.

La réserve biologique intégrale de l’ONF pourrait-elle être un frein à l’obtention du label?
Je ne pense pas. Tout permet de faire accepter le projet, qui est une excellente idée. Ceci dit, je pense qu’il faudrait réaliser une charte et une gestion globale du site.

Pensez-vous que l’arrivée de Yann Le Palud, au poste de directeur du SIPME, au 1er janvier, changera les choses?
J’ai appris sa nomination au même titre que la fin de la réhabilitation de la maison de Malpey (2) et le changement de nom du syndicat pour: Syndicat mixte du Grand site de l’Estérel (SMGSE). Je ne sais pas ce que ça apportera et je ne connais pas Yann Le Palud. Mais on attend une reprise en mains, comme le souhaite Frédéric Masquelier. On espère avancer sur du concret. On a perdu six ans et l’Estérel empire.

Quels sont vos souhaits pour 2022?
J’aimerais réaliser le balisage et l’entretien du massif. Remobiliser aussi les bénévoles! Ils sont de plus en plus désintéressés par le projet à cause de la nouvelle réglementation et des incompréhensions.

 

Et vos projets?
J’en ai déposé trois à la fin de l’année 2021. Le premier concerne le sentier du littoral. Actuellement, il passe sur un terrain privé, donc, on ne peut pas y accéder. Nous aimerions résoudre ce problème pour qu’il soit complet. Nous aimerions aussi créer deux sentiers géologiques, au Mont Vinaigre et au Dramont; et réhabiliter le site d’escalade du rocher de Théole.

Quid du budget?
Un budget, pour faire quoi? On n’a pas besoin d’offrir le pique-nique aux bénévoles! Alors, si budget il y a, on pourrait faire davantage et mieux. Normalement, pour aller au bout du projet et recevoir le label, on parlait d’une dizaine d’années.

D’accord, les travaux et les études prennent du temps et coûtent une fortune. Mais ce que l’on peut reprocher au SMGSE, c’est de faire quelque chose de trop technique. Maintenant, ce n’est plus pratique. Résultat: ça fait longtemps qu’on discute du sujet.

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.