“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre abonnés numérique > J’en profite

Plusieurs offres de logement refusées

Mis à jour le 26/02/2016 à 05:13 Publié le 26/02/2016 à 05:13
Sébastien Humbe rt et Frédéric Roussel, hier, en préfecture.

Sébastien Humbe rt et Frédéric Roussel, hier, en préfecture. J.-S. Gino-Antomarchi

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Plusieurs offres de logement refusées

Sébastien Humbert, sous-préfet chargé des affaires sociales et Frédéric Roussel, directeur départemental de la cohésion sociale, ont tenu, hier, à apporter des précisions sur l'expulsion des Venturino.

Sébastien Humbert, sous-préfet chargé des affaires sociales et Frédéric Roussel, directeur départemental de la cohésion sociale, ont tenu, hier, à apporter des précisions sur l'expulsion des Venturino.

« Cela aurait pu être évité depuis des années » semble déplorer Sébastien Humbert. « Plusieurs offres de logement ont été faites et refusées. C'est l'application d'une décision de justice du 5 janvier dernier, qui prévoyait ce qui allait se passer. Ce jugement ordonnait le départ de la famille dans un délai de 15 jours… Soit autour du 25 janvier. Nous sommes le 25 février… Le préfet a accepté de surseoir à l'exécution du jugement, parce qu'une médiation avec la famille a été mise en place. Nous avons eu trois rendez-vous… Ça n'a pas abouti. On s'était fixé avec la famille une date butoir qui était le 18 février. Mardi, nous leur avons envoyé un courrier pour leur dire que le concours de la force publique était accordé. » D'où l'expulsion hier matin.

« Nous étions sur place à 9 h 30 », indique Frédéric Roussel. « Avec trois véhicules de secours des pompiers, et un médecin. C'est ce dernier qui les a orientés vers l'hôpital. Mais une maison (1) était à leur disposition, juste en face, préparée, et même chauffée… »

Quant au nombre de policiers sur place, une trentaine, pour trois personnes âgées, Sébastien Humbert l'explique ainsi : « Ils étaient surtout là pour faire la circulation, dans cette zone de travaux… En fait, la force publique n'a pas été utilisée » insiste le sous-préfet. « Ils nous attendaient. Leurs cartons étaient prêts. Ça s'est passé dans le calme. » Mais de conclure :

« Pour moi, cette issue n'est pas satisfaisante. C'est un échec, dû au fait que certains ont pensé qu'on pouvait se servir de trois personnes de plus de 80 ans contre l'intérêt général. Mais nous restons en lien avec les représentants de la famille pour trouver une solution. »

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.