“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

"Plus beau marché de France": "Le concours a redonné un coup de boost" aux Halles de Menton

Mis à jour le 16/06/2019 à 10:18 Publié le 16/06/2019 à 10:20
Le classement final du « Plus beau marché de France » a été dévoilé vendredi dernier et les Halles sont arrivées 7es sur les 24 marchés en lice.

Le classement final du « Plus beau marché de France » a été dévoilé vendredi dernier et les Halles sont arrivées 7es sur les 24 marchés en lice. archives N-M

"Plus beau marché de France": "Le concours a redonné un coup de boost" aux Halles de Menton

Pour la 2e édition du « Plus beau marché de France », les Halles sont arrivées 7es. Hier matin, pas de déception pour autant : les visiteurs sont plus nombreux et de jeunes commerçants s’y intéressent

Éclats de rire au stand de barbajuans et discussions enflammées autour de la pichade… Hier matin, le marché des Halles avait la pêche ! Pas de mines déconfites même si la cité du citron a fait chou blanc pour la 2e édition du « Plus beau marché de France ».

Le classement final a été dévoilé vendredi dernier, et les Halles sont arrivées 7es sur les 24 marchés en lice (1). « Je pense que Menton aurait mérité d’être classée dans les trois premiers, analyse Franck, un Mentonnais habitué du lieu. Mais, c’est un beau parcours tout de même et rappelons que nous restons le plus beau marché de Paca ! »

Car pour figurer parmi les finalistes du concours - lancé par TF1 en partenariat avec Nice-Matin - Menton a remporté l’étape départementale puis régionale. C’est cette victoire locale que tous les Mentonnais gardent en tête. « Nous étions devant le marché de la Libération de Nice, ce n’est pas rien ! », livre avec enthousiasme une habitante de la cité.

Une dynamique nouvelle

Du côté des commerçants, la motivation semble être repulpée et - cerise sur le gâteau - les visiteurs affluent. « Durant plusieurs mois, nous nous sommes mobilisés pour encourager les clients à voter. Le concours a alimenté les discussions et redonné de la vie autour de nos stands. Il y a plus de clients qui viennent au marché et une dynamique nouvelle s’est installée », souligne le primeur emblématique du marché des Halles, Jean-Mario Médecin. Même constat positif pour Martha Toscan-Chiaramonti, exploitante agricole de Castellar. « Ce concours a permis à des étrangers ou des Français d’autres régions de nous connaître. Mais pas seulement, il y a aussi une clientèle plus proche qui découvre le marché des Halles. L’autre jour, j’ai eu des clients cannois qui venaient pour la première fois jusqu’à Menton ! Et ils ont adoré notre ville. »

Vers un second souffle

Et Ludovic, primeur, d’ajouter : « Petit à petit, je pense que notre marché va devenir un passage obligé dans le circuit de visite de la ville. » Pour Annonciade, exploitante agricole de la vallée de Castellar, il ne faut pas se raconter de salades : le soufflé pourrait vite retomber. « Ce coup de projecteur est positif. Mais le travail de la terre est très dur et la relève n’est pas assurée. Pour redonner vie au marché, il faudra surtout trouver des idées pour se renouveler et attirer la jeunesse. »

Et justement, l’arrivée d’une nouvelle boucherie, créée par le trentenaire Yoann Caverivière, pourrait donner un second souffle au quai de Monléon (lire par ailleurs). Peut-être le point de départ d’une nouvelle aventure (citronnée).

Des projets en perspective… c’est peut-être, ça, la plus belle victoire pour le marché.

Âgé de 34 ans, Yoann Caverivière est le gérant de la boucherie éponyme installée au marché des Halles. Ambitieux, le Mentonnais a racheté l’une des poissonneries du marché pour créer un nouvel espace de boucherie novateur. « J’ai fait appel à un architecte de Lyon pour créer un comptoir à dégustation où nous proposerons des planches de charcuterie et du vin. Je prévois aussi d’installer une cave à maturation. »

Yoann Caverivière a investi 300 000 euros dans ce projet. Les travaux débuteront en octobre et l’espace ouvrira quelques semaines plus tard. Parallèlement, Yoann Caverivière souhaite renforcer les partenariats avec les éleveurs locaux. Très bientôt, le boucher proposera des veaux de Casterino mais ne s’arrêtera pas là : il compte développer des échanges avec d’autres éleveurs de la vallée de la Roya.

Julien Perrin

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.