“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

Plongeurs et scientifiques comptent les poissons à Monaco

Mis à jour le 22/05/2016 à 05:02 Publié le 22/05/2016 à 11:53
L'équipe de plongeurs de Monaco s'est réjouie hier matin de participer au travail de comptage des espèces de poissons au Larvotto.

L'équipe de plongeurs de Monaco s'est réjouie hier matin de participer au travail de comptage des espèces de poissons au Larvotto. Photo Jean-François Ottonello

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

Plongeurs et scientifiques comptent les poissons à Monaco

Dans quel état est la réserve du Larvotto? Onze plongeurs et un pilote ont compté ce samedi matin les espèces et dressé un premier tableau de leurs observations.

«Les peuplements ne sont pas en très bon état, note Patrice Francour, professeur d'université qui travaille au laboratoire ECOMERS de Nice. Mais il est difficile de dire que les relevés de ce samedi matin étaient parfaits puisque c'était une première pour les plongeurs de l'Association monégasque pour la protection de la nature (AMPN) et le Club d'Exploration sous-marine de Monaco. Toutefois, nous aurons rapidement de nouvelles données qui nous permettront de mieux appréhender l'évolution des peuplements de poissons autour du Sporting d'été, mais également de Menton à Villefranche-sur-Mer.»

Hier, entre 10 et 11 heures, au Larvotto, les plongeurs amateurs étaient «ravis» de participer à cette opération conduite par le scientifique de Nice, selon une méthode qu'il a lui-même élaborée. Ils ont trouvé quinze espèces sur les vingt-trois répertoriés sur le littoral alentour. Les relevés ont porté également sur la taille des poissons.

«Nous plongeons différemment, explique Jacqueline Gautier Debernardi, président de l'AMPN. Nous devenons ainsi partenaire de la science participative. Cela permet aux scientifiques de connaître, en temps réel, les peuplements de poissons.»

Patrice Francour, professeur d'université, sollicite les plongeurs amateurs du littoral, ce qui permettra de mettre en place un suivi à long terme. Sa méthode, intitulée FAST (voir ci-dessous), est déjà utilisée ailleurs depuis une dizaine d'années. En encourageant la participation des amateurs, et au-delà de l'aspect strictement scientifique, il tente de les sensibiliser à la protection de la nature.

Six sites entre Menton et Villefranche

«C'est aux plongeurs de s'organiser et de définir librement un calendrier pour les relevés, note le scientifique. Nous avons choisi six sites entre Menton et Villefranche-sur-Mer. La participation des plongeurs est très intéressante pour suivre l'évolution du milieu. On sait déjà que les états du Cap-Martin, de Monaco et de Villefranche sont à peu près identiques. À Monaco, il faut peut-être travailler sur l'habitat des poissons.»

Mais c'est là qu'une toute première idée qui doit être vérifiée grâce aux prochaines plongées que l'AMPN et le Club d'Exploration sous-marine de Monaco entendent réaliser pour participer aux travaux scientifiques. Une belle collaboration s'amorce.

Vite et bien avec la méthode FAST

Les peuplements de poissons représentent pour les plongeurs un des intérêts forts de leur plongée. Or, pour les scientifiques ces peuplements peuvent être des indicateurs de qualité du milieu marin.

La science participative est justement l’interface qui permet à des bénévoles d’apporter leur concours aux suivis mis en place par le milieu scientifique. Le laboratoire ECOMERS a développé une méthode de comptage et de suivi des peuplements de poissons orientée plongeurs amateurs.

La science participative est désormais pour ce laboratoire de l’université de Nice un des moyens pour acquérir des données en milieu marin.

En collaboration avec l’AMPN, ECOMERS a donc proposé la mise en place d’un suivi régulier des peuplements de poissons, à la suite d’une formation théorique pour les plongeurs amateurs. À partir d’une liste préétablie de 23 espèces, les plongeurs devaient noter la présence ou non des espèces et noter la taille des individus (grands ou petits).

Apparemment très simple, cette méthode a été comparée à des techniques classiques de comptage de poissons. Elle fournit des résultats pertinents et surtout, très rapidement, il est possible d’apprécier l’état des peuplements de poissons.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.