“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

80 personnes ont nettoyé les plages mentonnaises ce dimanche avant de s'attaquer...

Menton met en vente cette villa emblématique du bord de mer

La gare de Beaulieu avant sa constitution en commune en 1891.

Beaulieu se souvient...

Au plus fort de la fréquentation touristique, cet été place du Casino, la modification des axes de circulation avait créé quelques remous.

Piétonnisation de la place du Casino : c'est fini !

Christophe Viret aux côtés du maire, André Ipert et de la conseillère régionale, Laurence Boetti-Forestier.

Le directeur du parc du Mercantour en visite à Breil

Plongée dans la réserve du Musée océanographique

Mis à jour le 13/08/2018 à 05:01 Publié le 13/08/2018 à 05:01
Avant de sauter dans le grand bain, les nouveaux arrivants sont mis en quarantaine.

Avant de sauter dans le grand bain, les nouveaux arrivants sont mis en quarantaine. E.A.

Plongée dans la réserve du Musée océanographique

C'est un peu comme l'hôpital du musée. Dans le sous-sol, les aquariologistes comme Stéphanie Oregon prennent soin des pensionnaires et des nouveaux arrivants. Et même du corail…

Il fait chaud et humide. Des aquariums à foison. Peu de lumière. Une odeur marine flotte dans l'air. Bienvenue dans la réserve aquatique du Musée océanographique de Monaco, qui se trouve au sous-sol du majestueux bâtiment. C'est ici que Stéphanie Oregon travaille depuis huit ans.

Un BTS en biochimie, une spécialisation en laboratoire et un Master océanographique en poche, la jeune femme de 34 ans explique avec passion son métier d'aquariologiste.

24h/24

Dans la réserve, c'est elle qui est chargée des analyses de l'eau, mais pas que : « Je dois vérifier si l'eau est à bonne température, si elle a le bon pH, la bonne salinité, ce genre de choses. C'est un travail qui demande d'être en alerte continue. En pleine nuit, je peux être appelée s'il y a un problème. Il y a même des fois où je ne dors pas. Une canalisation peut exploser,...

Pour lire ce contenu :

J'accède gratuitement à cet article en regardant une publicité

ou

je suis déjà abonné, me connecter


La suite du direct