“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Plein pot sur l’écolo pour les fabricants d’emballage en salon à Monaco

Mis à jour le 01/10/2019 à 08:46 Publié le 01/10/2019 à 09:15
Ces emballage en papier recyclés sont presque aussi durs que du bois, personnalisables et encore recyclables.

Ces emballage en papier recyclés sont presque aussi durs que du bois, personnalisables et encore recyclables. Jean-François Ottonello

Toute l'info locale + Des reportages exclusifs

Plein pot sur l’écolo pour les fabricants d’emballage en salon à Monaco

Cette semaine se tient à Monaco le salon de l’emballage de produits de luxe, le Luxepack. Une industrie très polluante, mais qui semble prendre un virage vertueux

Il y a peu d’événements qui remplissent le Grimaldi Forum autant que le Luxepack. Ce salon de l’emballage de luxe ne se contente plus des multiples espaces intérieurs du Grimaldi : il s’installe également sur l’esplanade extérieure.

La raison d’un tel succès ? Au-delà des spécificités du cadre monégasque, si le Luxepack fonctionne aussi bien, c’est que le marché de l’emballage se porte plutôt bien. De 812 milliards de dollars en 2016, il est passé à 851 milliards en 2017, puis 876 milliards en 2018, et pourrait atteindre 1 000 milliards de dollars en 2023.

Un marché florissant qui représente un paradoxe. En effet, à l’heure du tout écolo, les emballages représentent une cible, puisqu’ils constituent la plus grosse partie de la pollution plastique mondiale. Selon une étude de l’Université de Californie, 40 % de la production annuelle de plastique serait consacrée aux emballages. Dans les allées du Luxepack, le plastique est partout : flacons, bouchons, sleeves (ces films qui habillent les pots ou bouteilles en verre ou en métal)…

Virage vert

Mais des industriels ont bien compris que la société prenait une autre direction. Et s’il y a bien un segment de marché dans lequel on peut innover, c’est le luxe.

Alors, ici et là, dans les allées du Grimaldi, on promet des emballages “eco-friendly”.

Des sacs cabas en toile de jute, des bouchons en bois certifié, des pots en “plastique biosourcé” ou fabriqués à partir de déchets plastiques récupérés en mer… Si l’argument écolo n’est pas partout, il est quand même très présent. Jusqu’au packaging 100 % écolo de la marque Kaleido. "Nous utilisons du papier recyclé, ainsi qu’un peu de fibres de cellulose neuves issues de la nature, qui sont traitées à la vapeur et compressées", nous explique-t-on sur place.

Le résultat ressemble un peu à du bois. On peut l’utiliser pour faire des caisses de vin, ou des couvertures de calepins. Un matériau personnalisable presque à l’infini, et qui présente deux avantages : "Les produits sont livrés en plaques prédécoupées, donc à plat, ce qui réduit considérablement l’impact carbone. Et à la fin de vie du produit, on le recycle à nouveau. Vous pouvez aussi le mettre au compost."

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.