“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Plages privées, accueil des enfants... les réserves de la mairie sur le futur complexe balnéaire du Larvotto

Mis à jour le 01/07/2019 à 08:30 Publié le 01/07/2019 à 08:30
Les élus communaux refusent le retour d’une quatrième plage privée.

Les élus communaux refusent le retour d’une quatrième plage privée. Photo Cyril Dodergny

Plages privées, accueil des enfants... les réserves de la mairie sur le futur complexe balnéaire du Larvotto

Le conseil communal n’a pas donné un blanc-seing au gouvernement sur le futur complexe balnéaire du Larvotto. Les élus exigent des garanties sur la plage publique et le Jardin d’éveil.

Le Ministre d’État, par un courrier du 18 juin, a demandé au conseil communal de donner son avis sur la construction du futur complexe balnéaire du Larvotto. Serge Telle ne sera pas déçu par son "appel du 18 juin". Les élus de la mairie de Monaco, réunis en séance publique mardi dernier, ont formulé plusieurs avis au terme d’un long débat. Et même des recommandations. Pour ne pas dire des injonctions.

"Pas un millimètre de plus au privé"

Avant tout débat, la charge de présenter le projet est revenue à François Lallemand. L’adjoint au maire a décrit l’aménagement qui s’inscrit dans la continuité de l’extension en mer. Pour faire court (lire Monaco-Matin du 7 mai pour tous les détails), le site balnéaire du Larvotto se divise en deux niveaux: la promenade haute, connectée de plain-pied avec l’avenue Princesse-Grace, comprenant une pergola, trois restaurants et un kiosque à journaux ; la promenade basse, au niveau de la mer, avec ses commerces et ses plages.

La partie haute constituera "un nouvel espace public, plus étendu et propice à la promenade urbaine en bord de mer, exclusivement réservé aux modes de déplacement doux, piétons et piste cyclable", décrit François Lallemand.

Et la zone "plage", poursuit l’élu, conserverait sa superficie actuelle (14.265 m2) et "intégrerait quatre concessions de plages privées, représentant, au total, une surface privatisée de 3.093 m2 environ, soit un taux d’occupation de 21,7%".

Ce point-là, précisément, a fait bondir les élus. Première à ouvrir le feu: Marjorie Crovetto-Harroch. Trouvant le projet "globalement joli" et se réjouissant de la piste cyclable "qu’on attend depuis des années", l’adjointe en charge du cadre de vie, de l’environnement et du développement durable s’est montrée très ferme: "C’est la seule plage publique de Monaco. Elle doit le rester. Depuis la fermeture d’une plage, tous les usagers sont satisfaits de l’espace qui leur a été rendu. Il est important de préserver cet acquis. Je suis totalement opposée à ce qu’un seul millimètre supplémentaire de plage soit donné à un opérateur privé."

"L’accueil des enfants est une priorité"

Une seconde réserve du conseil communal sur le projet d’aménagement, aussi forte que la première, a été formulée par Chloé Boscagli-Leclercq, adjointe en charge de la jeunesse. Ou plutôt rappelée, l’élue s’étant déjà prononcée sur ce point lors d’un précédent conseil: "Le conseil communal considère indispensable que le “Jardin d’éveil - Mini-club”, qui accueille de nombreux enfants toute l’année, soit bien maintenu, voire élargi dans la zone du Larvotto à l’issue des travaux (...). Nous sommes en attente de la confirmation du gouvernement."

Et Nicolas Croesi de lui emboîter le pas: "Des surfaces considérables vont être créées dans ce nouveau complexe du Larvotto. La destination de certains lots n’est pas encore arrêtée. Il serait judicieux que le gouvernement fasse de l’accueil des enfants une de ses priorités et nous attribue une surface plus importante afin d’anticiper les besoins futurs."

"Pas un caprice, pas une lubie"

Les choses sont claires. Le conseil communal, comme l’a résumé le maire Georges Marsan, émet donc deux réserves fortes au projet d’aménagement du complexe du Larvotto. La première: on ne touche pas à l’espace dédié actuellement à la plage publique. Autrement dit, oui à trois plages privées, non à une quatrième.

La seconde: maintenir le Jardin d’éveil sur le site et augmenter sa capacité.

"Ce n’est pas un caprice ou une lubie. La qualité d’accueil de la petite enfance est un point fort de l’attractivité de Monaco, insiste Georges Marsan. J’aurais apprécié que nous soyons associés au projet en amont, au lieu de le découvrir dans la presse."

À l’unanimité, les élus ont adopté ces deux réserves, tout en votant en faveur du projet de complexe balnéaire du Larvotto.

 

 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.