“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

Plafonnement, transparence, origine des fonds... Les élus de Monaco adoptent de nouvelles règles sur le financement des campagnes électorales

Mis à jour le 09/10/2017 à 08:06 Publié le 09/10/2017 à 07:50
Jean-Charles Allavena a lu un rapport très précis de trente pages sur le financement des campagnes électorales.

Jean-Charles Allavena a lu un rapport très précis de trente pages sur le financement des campagnes électorales. J.D.

Monaco-Matin, source d'infos de qualité

Plafonnement, transparence, origine des fonds... Les élus de Monaco adoptent de nouvelles règles sur le financement des campagnes électorales

À l'aune des élections nationales, un plafond pour les dépenses de campagne a été voté à l'unanimité des conseillers nationaux et les donateurs seront dorénavant tous connus.

"Ce texte n'est pas le mien mais le nôtre. Je pense qu'on a globalement fait très bien." Vendredi soir, Jean-Charles Allavena, après la lecture de son rapport établi au nom de la Commission spéciale en charge de la modification de la loi électorale, mettait en quelque sorte un terme à une loi longuement étudiée et discutée en séances privées. Que certains espéraient voté en juillet, et qui ne le fut finalement vendredi dernier.

Ce texte, c'est le projet de loi modifiant la loi de 2012 sur le financement des campagnes électorales. Alors, à l'approche des élections nationales du 11 février 2018, il était si urgent d'agir que la loi s'appliquera dès la fin du mois, c'est-à-dire au lendemain de sa publication dans le Journal de Monaco.

Trop pour Boisson et Grinda

Ainsi, les partis et groupes politiques en lice aux prochaines élections nationales du 11 février bénéficient d'un plafond de dépenses de 320000 euros.

Pour les élections nationales de 2013, le montant était de 400000 euros (loi n° 1.389 du 2 juillet 2012). Étonnant donc que les élus n'aient pas relevé qu'en fait, le montant a tout de même baissé de 20 %...

Aujourd'hui, 320000 euros semblent être, aux yeux des plus « généreux », le maximum raisonnable.

Un choix que salut Jean-Charles Allavena. Mais qui ne fait pas l'unanimité. Car d'autres trouvent ce plafond trop élevé. Comme quoi, les temps changent…

Thierry Crovetto et Jean-Michel Cucchi (Nouvelle Majorité) adhèrent aux 320000 euros. Mais Claude Boisson (Horizon Monaco) a lancé, ironique: "Profitons des live shows et des belles sonos!" Et Jean-Louis, tête de liste Union Monégasque: "Je comprends la colère de Claude Boisson. Mais aussi le souci du gouvernement d'être équitable. Personnellement, je pense que 320 000 euros, c'est excessif. Ce qui compte, ce sont les idées."

Amendement de Rit

La loi dicte, par ailleurs, de nombreuses évolutions. Parmi les principales avancées: la mention de l'origine des fonds dans le compte de campagne, c'est-à-dire de l'identité du donateur quels que soient l'origine, la nature et le montant des dons. Ce donateur ne pourra pas verser plus de 10% du plafond. Au total, les dons ne doivent pas représenter plus de 50% des 320.000 euros.

Notons enfin l'amendement de l'article 16 sur le siège de Jacques Rit, accepté par le gouvernement et les conseillers nationaux. L'élu HM, qui considère le texte comme "un des plus importants de cette fin de législature", a su convaincre sans difficulté ses collègues sur ce qu'il considérait comme "une anomalie grave". Son amie politique Béatrice Fresko expliquait d'ailleurs: "Je soutiens l'amendement proposé par mon collègue Jacques Rit, il me semble tout à fait psychotique que l'État puisse rembourser des dons."

L'esprit était somme toute consensuel vendredi soir. L'amendement fut voté et la loi ensuite, à l'unanimité.

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.