Rubriques




Se connecter à

PHOTOS. Une garden-party très surprenante pour fêter les Boulingrins

Afin de marquer la renaissance des jardins de la place du Casino, la SBM avait convié, samedi, 400 de ses clients les plus fidèles à un déjeuner sur l’herbe, concocté par les chefs du resort.

CEDRIC VERANY Publié le 23/09/2019 à 09:10, mis à jour le 23/09/2019 à 08:24
Les chefs de la SBM ont été coordonnés par Philippe Joannès pour ce déjeuner singulier. Photo Jean-François Ottonello

Il y avait eu un pique-nique, place du Casino, pour fêter le 150e anniversaire de la création de la Société des Bains de Mer. Alors pour célébrer la renaissance des jardins des Boulingrins, les équipes de la SBM ont à nouveau mis table dehors, samedi, pour un singulier déjeuner offert à 400 de leurs clients les plus fidèles.

L’occasion de baptiser ces deux grandes pelouses rythmant désormais le jardin.

Le tout avec la fantaisie du créateur Belge Charles Kaisin qui avait concocté une atmosphère surréaliste pour ce déjeuner, jusqu’à faire pousser l’herbe sur les tables dressées en extérieur!

 

Au menu samedi, le chef Philippe Joannès, directeur des événements culinaires de la SBM avait mis toutes les forces vives de la société sur le pont.

Proposant à quatorze chefs du resort (Franck Lafon, Franck Cerrutti, Benoit Witz, Thierry Saez-Manzanares, Eric Guillemaud, Marcel Ravin, Fabrizio Fossati, Jean-Laurent Basile, Richard Rubbini, Patrick Laine, Pascal Garrigues, Cédric Campanella, Ken Thomas et Thomas Subrin) de concocter la succession de plats servis aux convives.

"C’est une mise en avant de nos marques, de nos produits et notre savoir-faire", souligne Philippe Joannès a qui tenu à mélanger les équipes et les brigades pour cet événement unique. Une manière d’illustrer, aussi, un renouveau dans la société.

Photo Jean-François Ottonello.
Photo Jean-François Ottonello.
Photo Jean-François Ottonello.

Offre numérique MM+

...

commentaires

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.