“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS. On vous emmène dans "l'Odyssée des tortues", le nouvel espace du musée océanographique de Monaco

Mis à jour le 23/04/2019 à 16:41 Publié le 23/04/2019 à 09:57
L’Odyssée des tortues marines ouvrira ce samedi lors de la Fête du Musée. On y découvrira la cuisine, un bassin de réhabilitation, un centre de soins (fermé au public) tout en étant sensibilisé à la protection des océans.

L’Odyssée des tortues marines ouvrira ce samedi lors de la Fête du Musée. On y découvrira la cuisine, un bassin de réhabilitation, un centre de soins (fermé au public) tout en étant sensibilisé à la protection des océans. Jean-François Ottonello

PHOTOS. On vous emmène dans "l'Odyssée des tortues", le nouvel espace du musée océanographique de Monaco

Lors de la Fête du Musée, cet espace de 550 m² dans l’aile ouest du Musée océanographique de Monaco sera ouvert aux visiteurs dès samedi. Un lieu de sensibilisation et de découverte.

Dans l’aile ouest du Musée océanographique, aucun visiteur n’y a encore mis les pieds. Le secret est bien gardé autour de ce nouvel espace de 550m² répondant au doux nom d’Odyssée des tortues marines.

Dès samedi, à l’occasion de la Fête du Musée, le public se verra conter les enjeux qui pèsent sur ces sept espèces menacées par l’activité humaine. De leur cycle de vie aux dangers subis en passant par la magie de la ponte et les actions de préservations menées au quotidien. Un cheminement, pas à pas, dans la continuité de l’existant.

Suivez le guide.

500 kg de nourriture par an

La visite s’amorce par les cuisines. Derrière une baie vitrée, le personnel du musée concocte un menu pour les poissons de toutes tailles: requins, tortues marines et… même coraux.

Ce matin-là, filets de poissons divers, sardines, crevettes, moules entières ou en hachis sont au menu. "La taille de la nourriture est adaptée à la bouche du poisson, détaille Olivier Brunel, chef du service aquarium. Nos 6000 pensionnaires mangent tous les jours sauf le dimanche. Chaque lundi, on récupère les invendus du week-end de plusieurs magasins, ce qui évite du gaspillage. Par an, c’est environ 500 kg de nourriture qui sont mangés."

L'Odyssée des tortues marines ouvrira ce samedi lors de la fête du Musée.
L'Odyssée des tortues marines ouvrira ce samedi lors de la fête du Musée. Photo Jean-François Ottonello
L'Odyssée des tortues marines ouvrira ce samedi lors de la fête du Musée.
L'Odyssée des tortues marines ouvrira ce samedi lors de la fête du Musée. Photo Jean-François Ottonello

Sur les murs, une kyrielle d’informations éclaire le visiteur sur le sort funeste parfois réservé aux tortues marines. Sur la plage, d’abord, lors des phases de ponte.

"Urbanisation du littoral, pollution lumineuse, fréquentation des plages, circulation de véhicules, braconnage, prédation…", peut-on lire.

Dans l’immensité bleue, ensuite. "Captures accidentelles, risques de collisions, risques d’étouffement après avoir ingurgité du plastique", liste Olivier Brunel.

C’est d’ailleurs dans le port Hercule que Rana, une minuscule tortue, fut repêchée dans un état critique. Elle fut le catalyseur de cet espace de sensibilisation et du Centre monégasque de soins des espèces marines (CMSEM) opérationnel depuis mars.

Le seul lieu, pour le coup, interdit au public. Un mélange entre laboratoire et salle médicalisée, voire, on peut le dire, d’hôpital. Car c’est là que sont chouchoutés, nourris et remis sur "pattes" toutes sortes de frêles pensionnaires récupérés dans la grande bleue: tortues marines, grandes nacres ou encore mérous… À l’intérieur, cinq bassins, avec une eau à plus de 22 degrés, peuvent accueillir toutes les mensurations.

 "En premier lieu, on pose un diagnostic. Ensuite, une équipe d’aquariologie les soigne, retrace Olivier Brunel. En collaboration avec des cliniques vétérinaires, on peut effectuer des radios, des échographies, des scanners. Par exemple, si une tortue a le tube digestif obstrué par du plastique, on glisse de l’huile de paraffine dans l’alimentation pour réamorcer le transit. Dans les cas les plus extrêmes, une chirurgie est nécessaire."

Un bassin de réhabilitation

L'Odyssée des tortues marines ouvrira ce samedi lors de la fête du Musée.
L'Odyssée des tortues marines ouvrira ce samedi lors de la fête du Musée. Photo Jean-François Ottonello
L'Odyssée des tortues marines ouvrira ce samedi lors de la fête du Musée.
L'Odyssée des tortues marines ouvrira ce samedi lors de la fête du Musée. Photo Jean-François Ottonello

Après la guérison des plaies et blessures, vient alors le temps de la réhabilitation. Un bassin en plein air de 160 m3, protégé par une épaisse vitre de 21,5 centimètres, est spécialement dédié à cette phase cruciale.

"Ici, elle récupère, se remuscle, se réhabitue à l’eau", précise le spécialiste. Avant, comme Rana l’été dernier, d’être relâchée dans leur milieu naturel. Les deux tortues marines qui évoluent en ce moment même, elles, ne reverront sans doute jamais le large.

Nés en captivité en 2011 à Marineland, ces beaux "bébés" âgés de 8 ans et pesant 60 kg à la balance ne sont pas jugées aptes à vivre en milieu naturel. Leurs capacités de survie et leur instinct de chasse étant jugés insuffisants. « On réévalue régulièrement leurs capacités », nuance-t-il. Pour toutes les autres, amenées à transiter par là, ce sera littéralement une seconde vie. Une nouvelle Odyssée.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.