“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS. On a participé à un atelier de cuisine avec le chef étoilé Marcel Ravin à Monaco

Mis à jour le 21/11/2019 à 09:14 Publié le 21/11/2019 à 10:30
Cuisiner comme un chef, c’est une vraie fierté!

Cuisiner comme un chef, c’est une vraie fierté! Photo Jean-François Ottonello

PHOTOS. On a participé à un atelier de cuisine avec le chef étoilé Marcel Ravin à Monaco

Pour la huitième année consécutive, le chef étoilé Marcel Ravin propose des ateliers ouverts au public. L’occasion de cuisiner un repas exceptionnel soi-même, et d’épater un invité.

Je ne sais pas vous, mais moi, j’adore cuisiner. Comme environ 70% des Français – un chiffre qui varie sensiblement selon la source du sondage. Alors forcément, la perspective de pratiquer avec un vrai chef, dans une vraie cuisine de pro, avec les bons outils, ça m’excitait bien les papilles.

C’est Marcel Ravin, le chef étoilé du Monte-Carlo Bay, qui est aux commandes de cette opération baptisée "Épicez votre talent" depuis plusieurs années.

"Avant, on travaillait sur un panier gourmand. Cette année, on a décidé de faire des sessions thématiques. Cet automne, on est sur la bistronomie, l’hiver ce sera la gastronomie, et au printemps, on sera sur la snackonomie", explique le chef Ravin.

On est parti pour un désossage en règle. Trente-deux os bien solides, c’est au moins un risque par dent.
On est parti pour un désossage en règle. Trente-deux os bien solides, c’est au moins un risque par dent. Photo Jean-François Ottonello

Chic décontracté

Comme on est en automne, vendredi dernier, c’était bistronomie: "On est sur la convivialité, une cuisine franchouillarde, avec des plats simples, de famille, mijotés. En bistronomie, on allie la précision de la gastronomie à une cuisine plus décontractée, tout en gardant un niveau d’excellence."

En gros, c’est de la gastronomie en jeans et en baskets. Mais des baskets chics. Et un pull en cachemire.

Dans la cuisine du restaurant d’été Las Brisas du Monte-Carlo Bay, nous sommes cinq participants: "Je me limite toujours à sept ou huit personnes, pour pouvoir m’occuper correctement des clients. Aujourd’hui, nous avons quelques malades, nous serons donc moins nombreux."

Au programme, un repas en trois étapes. Entrée, plat et dessert. Mimosa de lentilles et pied de cochon truffé, joue de veau braisée au vin rouge, embeurrée de chou et carottes fondantes et saucisson pistaché, et un Gnafron rhum raisin (dessert composé d’une superposition de crème au rhum, aux raisins, et aux fruits confits, et d’un biscuit à l’amande semblable à un macaron).

Les sauces faites par chacun ont été réunies pour être mélangées à la préparation appelée miroir, et re-réparties ensuite.
Les sauces faites par chacun ont été réunies pour être mélangées à la préparation appelée miroir, et re-réparties ensuite. Photo Jean-François Ottonello

Cuisine et partage

"Souvent, les gens ont peur de se lancer dans des préparations qui ont l’air compliquées, alors on essaie de leur montrer que ce n’est pas si compliqué. On démystifie", précise le chef. Vu les noms des plats, autant vous dire que la démystification, c’est exactement ce que j’attendais.

Dans nos jolis tabliers bleus, nous sommes parés à nous mettre aux fourneaux. Hommes et femmes. De tous âges. Une anglophone très francophone, un hispanophone, et deux francophones. Pas de barrière : la cuisine, c’est la langue du partage.

Crème pâtissière au rhum, montée avec de la crème fouettée : une base de rêve pour un dessert un peu canaille, le Gnafron, du nom de l’acolyte de Guignol, célèbre personnage lyonnais.
Crème pâtissière au rhum, montée avec de la crème fouettée : une base de rêve pour un dessert un peu canaille, le Gnafron, du nom de l’acolyte de Guignol, célèbre personnage lyonnais. Photo Jean-François Ottonello

Une petite armée de professionnels aussi sympathiques que discrets est aux aguets, prêts à jouer les commis. Tout le long de la préparation qui durera presque quatre heures, ils seront là pour nous apporter de l’aide, des conseils de pro, et pour jouer les petites mains en réalisant les tâches les plus ingrates.

Avis aux amateurs d’émissions culinaires, ici, les plats, les planches à découper, les ustensiles ne sont jamais sales. Dès qu’on a le dos tourné, quelqu’un est là pour s’en occuper. Comme à la télé, on peut poser une casserole sur les fourneaux, sans s’inquiéter de savoir si ça va brûler. Nos anges gardiens en tablier veillent. Et si les instructions et conseils du chef sont la principale raison de ma venue, c’est la présence de cette délicieuse équipe qui me fera revenir.

Trucs de pros

C’est comme ça qu’on peut vaquer à nos occupations et apprendre à faire un miroir avec du porto et du vin rouge, pour obtenir une sauce lisse et brillante et qui nappe la viande à la perfection.

Découvrir qu’on peut lier une sauce avec de la purée de carottes. Ou apprendre à désosser un pied de cochon et le hacher pour en faire une sorte de saucisson en un tournemain, bien commode à présenter et à manger, sans se casser les dents sur un os.

Le chef montre comment assembler le dessert. Tout est dans le coup de main.
Le chef montre comment assembler le dessert. Tout est dans le coup de main. Photo Jean-François Ottonello

Avant ces ateliers, chacun avait pris soin d’inviter une personne de son entourage. À la fin de la préparation, la salle du restaurant Las Brisas est à disposition pour recevoir les convives. Ou comment recevoir comme un chef étoilé, dans un restaurant de luxe, pour déguster des mets d’exception.

"Ça vous plaît? C’est moi qui l’ai fait!" Pour de vrai.


Savoir +
Infos et réservations : +377.98.06.03.60.
De 280 à 350 euros la séance, dégustation comprise. Prévoir l’après-midi et la soirée.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.