Rubriques




Se connecter à

PHOTOS. L'ultime prise d'armes du colonel Fringant au Palais princier

Le colonel Luc Fringant, commandant supérieur de la Force publique, a transmis hier matin le flambeau au colonel Tony Varo, au cours d’une prise d’armes au Palais princier

CEDRIC VERANY Publié le 18/09/2018 à 08:33, mis à jour le 18/09/2018 à 09:09
Ultime prise d’armes hier matin pour le colonel Fringant, devant la famille princière, la Force publique et de nombreux invités. Photos Eric Mathon, Gaetan Luci/Palais princier

"Pour la dernière fois à mon commandement!" Moment solennel pour le colonel Fringant. Il est 11h30, hier matin, dans la cour d’honneur du Palais princier. L’officier dirige son ultime prise d’armes. Un événement, vécu "comme une petite Fête nationale", souffle-t-on dans les coursives du Palais princier, pour marquer un changement de casting au sein de la Force publique.

Le colonel Luc Fringant quitte son poste de commandant supérieur de la Force publique. Titre repris par le colonel Tony Varo. Ce dernier, jusqu’alors chef de corps des sapeurs-pompiers, est remplacé par le lieutenant-colonel Norbert Fassiaux.

>>RELIRE. Après 30 ans passés au service de la Principauté, le colonel Fringuant nous raconte ses meilleurs souvenirs.

 
Photo Eric Mathon, Gaetan Luci/Palais princier; Manuel Vitali/Dir’Com’.

L’adieu aux armes

Sous l’œil du souverain hier matin, la passation de commandement s’est déroulée dans la cour d’honneur du Palais, à la cadence d’un 19-Novembre.

Autour du prince et de la princesse Charlène, la princesse Caroline, la princesse Stéphanie, Andréa Casiraghi, Pierre et Béatrice Casiraghi, Louis Ducruet, la baronne de Massy et sa fille Mélanie-Antoinette étaient au rendez-vous marquant les adieux aux armes du colonel Fringant, au service de la famille Grimaldi depuis trois décennies.

Et c’est avec émotion qu’il a embrassé l’étendard une dernière fois avant de le remettre au souverain. Un moment souligné par l’orchestre des carabiniers qui a entonné, en fin de cérémonie, une version de "La Marche de garde consulaire à Marengo", chère aux parachutistes, corps de l’armée dans lequel Luc Fringant a démarré sa carrière militaire.

Photo Eric Mathon, Gaetan Luci/Palais princier; Manuel Vitali/Dir’Com’.

Au terme de la prise d’armes, dans les jardins du Palais, le colonel Fringant a partagé son sentiment d’avoir été "un privilégié", honorant dans son discours d’adieux la mémoire des disparus, au premier rang desquels le prince Rainier III.

Et, celui qui aujourd’hui aspire à devenir "un homme qui cultive et arrose son jardin" s’est adressé au prince Albert II pour lui dire sa reconnaissance, "une reconnaissance, que vous lirez toujours dans mon regard".

Photo Eric Mathon, Gaetan Luci/Palais princier; Manuel Vitali/Dir’Com’.
Photo Eric Mathon, Gaetan Luci/Palais princier; Manuel Vitali/Dir’Com’.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.