“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

PHOTOS. Les Halles de la Condamine: comment ce poumon de Monaco où tout le monde se côtoie reprend vie

Mis à jour le 09/06/2020 à 21:38 Publié le 10/06/2020 à 08:30
Des clients satisfaits de retrouver l’ambiance chaleureuse des lieux.
Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

PHOTOS. Les Halles de la Condamine: comment ce poumon de Monaco où tout le monde se côtoie reprend vie

Depuis ce mardi, la mairie a autorisé le service à table dans ce lieu où, d’ordinaire, se côtoient locaux, salariés et touristes. Satisfaits de cette nouvelle étape, les professionnels sont toutefois inquiets.

C’est l’un des poumons du pays. Un lieu de vie populaire. D’ordinaire, à une même tablée, on y croise une ribambelle de profils.

Le banquier enserré dans son costard cravate côtoie les retraités, dont le caddie regorge de provisions tout juste achetées sur le marché de la Condamine, et les touristes en pérégrination à Monaco.

En service restreint depuis mi-mars, la halle revit littéralement. Doucement mais sûrement.

Ce mardi, la mairie de Monaco – les lieux relèvent de sa compétence – a de nouveau autorisé le service à table.

En format réduit, forcément, distanciation sociale oblige. Quinze tables de quatre personnes, espacées d’1,50 mètre, soit une capacité théorique de soixante places assises.

Une bouffée d’oxygène, malgré des temps difficiles, pour les restaurateurs des lieux qui ne vivaient plus que de la vente à emporter et de la livraison.

Un plaisir partagé par les habitués de la halle. "C’est notre première depuis trois mois. ça fait du bien de sortir un peu, de manger avec les amis, sourient Alain et Annie Cremaschi et Anouchka Katsiadas, tous trois réunis autour d’une bonne assiette de tartare et de frites. Avec cette configuration, on est plus dans l’esprit restaurant et on perd l’aspect “cantine” des lieux. Avant, même si on venait seul, on pouvait discuter avec les voisins de table. Mais c’est normal, il faut continuer à respecter l’éloignement. Il vaut mieux trop de mesures que pas assez."

"Je me sens en sécurité"

La police municipale et des agents communaux veillent au respect des consignes.
La police municipale et des agents communaux veillent au respect des consignes. Photo Jean François Ottonello

Car les consignes sont claires : outre le port obligatoire du masque, quatre personnes maximum sont autorisées par table.

Jusqu’à six personnes si l’on en rapproche une autre. "Seulement s’il s’agit d’un même groupe ou d’une même famille", précise un agent communal, posté à l’entrée.

D’ailleurs, la police municipale et les agents de la mairie veillent au bon respect des consignes sanitaires.

Autour d’un plat japonais, Tania et Denise sont en plein débat. "Les mesures sont encore contraignantes, on a l’impression d’être encore confiné", estime l’une. "Si tu permets tout, il n’y aura plus de retenue. Des groupes vont se former et si quelqu’un est malade, ça va repartir de plus belle. Là, je me sens en sécurité. Je n’ose pas aller à Nice pour l’instant", argumente l’autre.

"Là, j’ai fait 15 couverts quand j’en faisais 200 avant le Covid-19"

Pour les restaurateurs – chacun s’est vu attribuer un nombre de tables en fonction de la superficie de sa cabine – les mètres carrés sacrifiés sur l’autel de la sécurité sanitaire montrent forcément leurs limites… économiques. "Si une personne s’assied seule à table, personne d’autre ne peut s’asseoir avec", résume Marika Corradi, responsable du restaurant Le Comptoir.

Trois couverts de perdus, donc. "Avec la reprise du service à table, on est motivés pour repartir à fond. Mais la période n’est pas facile. Là, j’ai fait 15 couverts quand j’en faisais 200 avant le Covid-19. Ces derniers temps, j’ai perdu 70 % de mon chiffre d’affaires."

Dans le pays, peu de professionnels échappent à cette disette économique.

Il faudra du temps pour que l’affluence revienne à son niveau d’antan, lorsque le coronavirus n’avait pas encore mis un sérieux coup de massue à l’économie.

Des tables en plus en extérieur

À l’intérieur, seize tables de quatre personnes sont disséminées dans la halle.
À l’intérieur, seize tables de quatre personnes sont disséminées dans la halle. Photo Jean François Ottonello

"Sans le tourisme international, sans les touristes, sans la majorité des actifs encore en télétravail, c’est compliqué. Il va falloir se montrer patient. La première date à attendre est celle du 15 juin avec la réouverture des frontières avec l’Italie, analyse Niccolo Sironi, responsable du Truffle Bistrot. Là, avec la réouverture de la restauration sur place, les gens se réhabituent aux lieux. J’espère qu’on va récupérer un peu de place dans les prochaines semaines pour pouvoir accueillir tout le monde. Là, on bénéficie de seize places assises. Avant, rien qu’au comptoir, je pouvais accueillir 25 personnes en simultané. C’est très difficile au niveau du chiffre d’affaires. Heureusement, on a encore la possibilité de laisser des salariés au chômage total temporaire renforcé."

Consciente de la difficulté des professionnels de la halle de survivre économiquement, la mairie de Monaco adapte le concept dès aujourd’hui. "Le midi, au fur et à mesure que les producteurs enlèveront leurs étals du marché sous les arcades, des tables seront installées en extérieur pour la restauration sur place", annonce Marjorie Crovetto-Harroch, adjointe au maire, déléguée au domaine communal, commerce, halles et marchés.

Le soir, aussi, les clients pourront manger en intérieur et en extérieur.

Les nouvelles règles

Les horaires du service à table

Le midi, tous les jours de 11 h 30 à 15 h 30 (en intérieur, et en extérieur quand les producteurs laissent leur place).

Le soir, du mardi au samedi de 18 h à 23 h (en intérieur et en extérieur). Pour s’installer, il faut prendre attache avec l’un des restaurateurs qui proposent le service à table.

Distanciation physique

Quatre personnes par table, uniquement s’il s’agit d’un seul et même groupe.

Le nombre peut être étendu à six pour un même groupe, en rapprochant les tables. Pas de service au comptoir.

Masque

Le port du masque est obligatoire, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.