“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

PHOTOS. Les chefs du Sud-Est concoctent 3.400 plats pour les sinistrés de la tempête Alex

Mis à jour le 16/10/2020 à 11:37 Publié le 16/10/2020 à 11:23
Jeudi en fin de matinée à l’Hôtel du Castellet, où Christophe Bacquié tient son restaurant triplement étoilé, plusieurs chefs des environs s’étaient donné rendez-vous...

Jeudi en fin de matinée à l’Hôtel du Castellet, où Christophe Bacquié tient son restaurant triplement étoilé, plusieurs chefs des environs s’étaient donné rendez-vous... Photo Sophie Louvet

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

PHOTOS. Les chefs du Sud-Est concoctent 3.400 plats pour les sinistrés de la tempête Alex

Trente-quatre cuisiniers, pâtissiers, boulangers ont concocté chacun une centaine de plats pour réchauffer les cœurs meurtris après le passage de la tempête Alex. Livraison prévue ce vendredi.

"Comme tout le monde, j’ai été médusé en découvrant à la télé les images de la vallée de la Vésubie, confie Christophe Bacquié, chef du restaurant de l’Hôtel du Castellet. Alors, avec Mauro Colagreco (chef du Mirazur, à Menton), on s’est dit qu’il fallait faire quelque chose, modestement, à notre niveau, pour ces personnes qui ont presque tout perdu du jour au lendemain." 

Les deux amis triplement étoilés au Guide Michelin n’ont pas réfléchi longtemps. Ils allaient faire ce qu’ils savent faire de mieux: cuisiner pour les sinistrés de la tempête Alex dans les Alpes-Maritimes et les bénévoles qui leur viennent en aide. 

"Mais on s’est aussi dit qu’on n’allait pas faire ça tout seuls dans notre coin, que ce n’était pas suffisant..."

Alors ils ont passé quelques coups de fil à d’autres cuisiniers, à des boulangers, des pâtissiers… Qui, à leur tour, ont passé des coups de fil… Et en quelques heures, ils étaient trente-quatre! La "Chaîne de chefs" était née.

"L’opération aurait pu fonctionner dans la France entière"

... chacun avec une centaine de plats préparés le matin même, qu’ils ont ensuite conditionnés, mis sur palettes et chargés dans un camion frigorifique.
... chacun avec une centaine de plats préparés le matin même, qu’ils ont ensuite conditionnés, mis sur palettes et chargés dans un camion frigorifique. Photo Sophie Louvet

"Connaissant les valeurs qui nous lient tous, je n’avais aucun doute sur la tournure que ça allait prendre: malgré les difficultés du moment, tout le monde a répondu présent, savoure Christophe Bacquié. On a même dû se résoudre à se limiter à trente-quatre, pour des questions évidentes de logistique. Mais je suis certain que l’opération aurait pu fonctionner dans la France entière! D’ailleurs, peut-être que d’autres chefs prendront le relais. Il y en a encore besoin, malheureusement."

Pour ce qui est de la logistique justement, qui se devait d’être la plus efficace et réactive possible, ils ont "immédiatement pensé" à leur complice Philippe Joannès (Meilleur Ouvrier de France, aujourd’hui directeur des événements culinaires à la Société des Bains de mer, Monaco).

Celui-ci a activé illico son réseau de fournisseurs et de transport (l’entreprise Balicco notamment). Tous partants.

Livraison prévue ce vendredi sur place

En quelques jours, tous ces cuisiniers se sont organisés pour préparer chacun 100 mets différents, qui arriveront à Nice aujourd’hui, avant d’être distribués directement aux sinistrés et aux bénévoles.
En quelques jours, tous ces cuisiniers se sont organisés pour préparer chacun 100 mets différents, qui arriveront à Nice aujourd’hui, avant d’être distribués directement aux sinistrés et aux bénévoles. Photos DR

Et c’est ainsi que jeudi, partout dans le Sud-Est, les fourneaux se sont allumés pour tenter de réchauffer un peu les cœurs meurtris par cette catastrophe naturelle. Chacun a cuisiné pour 100 personnes une entrée, un plat ou un dessert.

Les boulangers ont fait le pain.

Soit 3.400 plats au total, préparés avec amour et talent !

Par exemple, chez MM. Bacquié et Bérard (son “voisin” de l’Hostellerie Bérard, à La Cadière), les brigades ont concocté volaille aux épices et brandade.

Le tout a ensuite été soigneusement conditionné puis mis sur palettes, avant d’être chargé dans l’un des deux camions frigorifiques de 19 tonnes réquisitionnés pour faire le tour des établissements donateurs, au départ d’Aix et de Nice.

Ils convergeront aujourd’hui au palais Nikaïa, à Nice.

De là, la nourriture sera acheminée dans la journée directement à ceux qui en ont besoin par camion, ou par hélicoptère selon les difficultés d’accès des lieux à ravitailler.

Chapeau bas les cuistots!

La phrase

"Nous voulons seulement donner un peu de réconfort aux gens dans cette période catastrophique afin de leur dire de garder courage"

Julien Roucheteau et l’équipe de la Réserve, à Beaulieu-sur-Mer. 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.