“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS. Le joaillier de Napoléon exposera ses trésors cachés cet été à Monaco

Mis à jour le 06/06/2019 à 16:25 Publié le 06/06/2019 à 16:21
Diadème aux œillets commandé par Madame Henri de Wendel (1905)

Diadème aux œillets commandé par Madame Henri de Wendel (1905) Photo DR

PHOTOS. Le joaillier de Napoléon exposera ses trésors cachés cet été à Monaco

La maison Chaumet fait son retour à Monaco. Après la réouverture d’une boutique, inaugurée ce mercredi, le "joaillier du Premier Empire" prépare une grande exposition cet été au Grimaldi Forum

Pour son retour à Monaco, Chaumet ne fait pas dans la demi-mesure. Ce mercredi, le directeur général de la célèbre maison de joaillerie était en Principauté pour inaugurer la boutique installée à Monte-Carlo, allée François-Blanc, sous le Casino. Difficile de faire moins discret. Jean-Marc Mansvelt en a profité pour ouvrir un autre écrin, un peu avant l’heure, dévoilant un petit bijou d’exposition qui accompagnera le grand rendez-vous de l’été du Grimaldi Forum.

À côté de "Dali, une histoire de la peinture", le joaillier parisien propose de raconter une autre histoire autour du thème "Chaumet en Majesté". Une histoire, celle de la maison de joaillerie fondée en 1780, qui vient se fondre avec l’Histoire de France, et singulièrement celle du Premier Empire.

 

Bijouterie Chaumet à Monaco
Bijouterie Chaumet à Monaco Photo A.C.

Le spécialiste du diadème

Chaumet, en effet, était le joaillier attitré de Napoléon Bonaparte. Il deviendra ensuite celui des impératrices Joséphine et Marie-Louise, les deux épouses successives de l’empereur. La maison de joaillerie a notamment réalisé l’épée du sacre et la couronne de Napoléon, exposée au Louvre.

Le Premier Empire fut ainsi le véritable point de départ de cette maison de joaillerie, sa marque de fabrique, son identité qui perdure encore aujourd’hui, deux siècles et demi plus tard.

Diadème épis de blé (1811)
Diadème épis de blé (1811) Photo DR

Sa spécialité: le diadème. "Napoléon, en édictant des règles extrêmement strictes en matière d’étiquette, va imposer à toutes les dames, dans les grands bals et les grandes soirées, d’être parées de diadèmes, symbole de pouvoir, de puissance, de faste, explique Jean-Marc Mansvelt, le directeur général de Chaumet. Le diadème est aussi le symbole de l’amour, depuis le couronnement de Joséphine par Napoléon."

La corbeille de mariage de Joséphine

Une cinquantaine de diadèmes seront exposés cet été au Grimaldi Forum, parmi plus de 300 pièces de joaillerie. Elles proviennent des réserves de Chaumet mais aussi d’une quinzaine de musées et de plus de quarante collectionneurs privés.

 

Corbeille de mariage de Joséphine (1796)
Corbeille de mariage de Joséphine (1796) Photo DR

Le diadème sera le thème central de l’exposition monégasque. Beaucoup ont été prêtés par des particuliers. Certains diadèmes n’ont ainsi pas été vus depuis un demi-siècle, enfermés dans des coffres de familles. Les visiteurs pourront aussi admirer des colliers, des broches et autres pièces de joaillerie qui racontent deux siècles et demi de création chez Chaumet. "L’exposition sera éclairée par des prêts de tableaux qui montrent comment étaient portés ces objets de joaillerie", poursuit Jean-Marc Mansvelt. Ce sera notamment le cas pour la ceinture gothique, une commande de Napoléon pour Marie-Louise, sa seconde épouse.

"L’objet est somptueux, majestueux, mais on ne peut pas comprendre comment on s’en servait, sans ce tableau." On y verra aussi la corbeille de mariage de Napoléon et Joséphine, ainsi que la première alliance qu’il lui a offerte.

Coups de cœur

L’exposition "Chaumet en Majesté", ce sont 80% d’objets appartenant à l’Histoire et 20% de créations récentes. Le travail des deux commissaires d’exposition aura consisté à retrouver et rassembler les bijoux anciens. Ce sont deux spécialistes: l’un en histoire et en têtes couronnées, Stéphane Bern, l’autre en joaillerie, Christophe Vachaudez.

 

Grande broche nœud (1922)

Des objets exceptionnels seront ainsi exposés. Les préférés du directeur général de Chaumet? La corbeille de mariage de Joséphine, le diadème aux œillets, la grande broche nœud. "Mais mes préférences sont très personnelles. Le public en aura probablement d’autres." Pour le savoir, rendez-vous au Grimaldi Forum cet été.

Six ans après sa fermeture, l’enseigne Chaumet fait son retour à Monte-Carlo. La nouvelle boutique a ouvert ses portes le 15 mai dernier, au cœur de l’allée François-Blanc, sous le Casino.

"Nous avons choisi de placer le magasin à cet endroit prestigieux de Monaco et de le traiter comme un écrin, souligne Jean-Marc Mansvelt, le directeur général du joaillier. Il est assez petit, ramassé, et il donne le sentiment au client d’avoir Chaumet pour lui tout seul."

On y découvre les dernières créations de la maison mais aussi des maillechorts, ces diadèmes faits dans un alliage de zinc, cuivre et nickel, avant la réalisation des véritables diadèmes.


Chaumet se réinstalle à Monte-Carlo

Le directeur général de Chaumet dans la boutique qui vient d’ouvrir à Monte-Carlo.
Le directeur général de Chaumet dans la boutique qui vient d’ouvrir à Monte-Carlo. Photo A.C.

Six ans après sa fermeture, l’enseigne Chaumet fait son retour à Monte-Carlo. La nouvelle boutique a ouvert ses portes le 15 mai dernier, au cœur de l’allée François-Blanc, sous le Casino.

"Nous avons choisi de placer le magasin à cet endroit prestigieux de Monaco et de le traiter comme un écrin, souligne Jean-Marc Mansvelt, le directeur général du joaillier. Il est assez petit, ramassé, et il donne le sentiment au client d’avoir Chaumet pour lui tout seul."

On y découvre les dernières créations de la maison mais aussi des maillechorts, ces diadèmes faits dans un alliage de zinc, cuivre et nickel, avant la réalisation des véritables diadèmes.

Jean-Marc Mansvelt, directeur général de Chaumet: "Pour les Chinois, Napoléon, c’est une rock star"

Faut-il voir un lien entre l’ouverture de la boutique et l’exposition de cet été?
Revenir à Monaco au travers d’un magasin est un acte important pour une maison comme Chaumet.
On a cherché à donner de l’ampleur à cet événement. Parallèlement, pour la troisième fois, nous organisons une grande exposition annuelle. Nous souhaitions venir à Monaco. Nous avons eu la chance de trouver un lieu, le Grimaldi Forum, et une date, et ce sera cet été. C’est donc un peu aussi une coïncidence.

C’est important d’avoir une boutique à Monaco?
Très important. Monaco est un lieu prestigieux. Beaucoup de nos clients viennent ici, entre le Moyen-Orient, Londres et Paris. Il fallait qu’ils nous retrouvent pendant leur étape à Monaco.

Pourquoi organiser une grande exposition par an?
Pour réveiller cette vieille maison qui s’était un peu endormie. Il s’agit de la rendre plus visible, mais aussi, grâce à toutes les pièces rassemblées le temps de l’exposition, de comprendre la culture de Chaumet, son histoire. L’idée est de montrer au client que porter un bijou Chaumet, cela a du sens. Ces expositions racontent l’histoire de cette maison qui a traversé deux siècles et demi, ce qui est relativement rare.

Y a-t-il des thèmes à vos expositions ?
À Pékin en 2017, à la Cité Interdite, l’exposition était surtout articulée autour de la chronologie de la maison Chaumet, en insistant sur la naissance de Chaumet autour de Napoléon et Joséphine. Pour la première fois, l’épée consulaire, celle qui a sacré l’empereur Napoléon, qui a été sertie par la maison, est sortie de France à cette occasion. Pour les Chinois, Napoléon, c’est une rock star. À Tokyo l’année dernière, l’exposition, qui a été accueillie au musée Mitsubishi, a présenté les personnages clés de la maison : ceux du début (Joséphine, Marie-Louise, Hortense etc.), mais aussi ses grands clients à travers le monde.

Et pour Monaco, quel thème s’est dessiné?
Comme nous sommes à Monaco, l’axe central sera la monarchie, le côté royal, impérial. D’où le titre de l’exposition, « Chaumet au Majesté ». Le fil rouge de l’exposition sera le diadème.

La famille Grimaldi fait-elle partie de vos clients?
Nous n’avons pas été le choix principal des joailliers par la princesse Grace. Mais une pièce lui appartenant sera exposée : un petit piaf. Une autre sera prêtée par la princesse Caroline : une broche de corsage représentant un roseau, qui lui a été offerte par Karl Lagerfeld pour son mariage.

Broche nœud Art déco (1922)
Broche nœud Art déco (1922) Photo DR
Diadème aux fuchsias de la princesse Hedwige de Bourbon-Parme (1919)
Diadème aux fuchsias de la princesse Hedwige de Bourbon-Parme (1919) Photo DR

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct