Rubriques




Se connecter à

PHOTOS. La princesse Stéphanie gâte des retraités monégasques

La sœur cadette du souverain a rendu visite, ce lundi après-midi, aux résidents des deux maisons de retraite de la Fondation Hector-Otto. Elle leur a offert des cadeaux, de l'attention et des sourires, à l'occasion des fêtes de fin d’année.

J.D. Publié le 18/12/2017 à 17:10, mis à jour le 18/12/2017 à 17:10
Des cadeaux ont été offerts, par la princesse Stéphanie, à tous les aînés de la Fondation Hector-Otto. Photo Frédéric Nebinger

"102 ans? Vous êtes très en forme!" Hier après-midi, la princesse Stéphanie a d’abord rendu visite aux pensionnaires de la Résidence Bellando de Castro de la Fondation Hector-Otto, rue princesse-Florestine, dans le quartier de La Condamine. Elle a été présentée à l’aîné des résidents monégasques à la fin d’un tour des tables où elle a remis des cadeaux à tous les pensionnaires.

 

Il était encore un peu tôt pour le goûter mais qu’importe! La joie était perceptible sur le visage des retraités face à une princesse souriante, chaleureuse et qui apprécie visiblement le contact avec les retraités monégasques. Après la distribution des présents, gâteau et champagne ont été servis pour prolonger la fête.

À 16 h, la princesse était attendue à la résidence Giaume, de la même Fondation Hector-Otto, pour le même programme…

La princesse félicite l’aîné de la résidence Bellando de Castro, âgé de 102 ans. Photo Frédéric Nebinger.
La princesse a commencé par visiter les aînés de la résidence Bellando de Castro. Photo Frédéric Nebinger.

Offre numérique MM+

...

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.