“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Découvrez l’offre numérique > Abonnez-vous

PHOTOS. "Enclave mentonnaise" en Italie, cette villa a une incroyable histoire

Mis à jour le 15/07/2020 à 14:14 Publié le 15/07/2020 à 12:52
La villa Voronoff à Menton.

La villa Voronoff à Menton. Photo J.-F. O.

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

PHOTOS. "Enclave mentonnaise" en Italie, cette villa a une incroyable histoire

L’historien italien Enzo Barnaba sort à la fin du mois un livre sur la villa Voronoff à Menton, située juste derrière la frontière. Il Sogno babilonese est aussi l’histoire de ses surprenants propriétaires

Située à quelques encablures du poste Saint-Louis - côté italien - la villa Voronoff (ou Castello Grimaldi) a tout d’un décor de roman. Par son emplacement entre mer et montagne, à la frontière entre deux pays.

Mais aussi en raison de ses propriétaires successifs, suffisamment singuliers pour taper dans l’œil de l’historien Enzo Barnaba. Déjà auteur d’un livre sur le chirurgien Voronoff et sur le Pas de la mort, celui qui vit à Grimaldi Superiore consacre un nouvel ouvrage à la villa et à son passé - Il Sogno Babilonese - dont la parution en italien est prévue à la fin du mois aux éditions Infinito.

Des discussions sont par ailleurs en cours pour le faire sortir en langue française.

Dans ce livre aussi richement illustré que documenté, Enzo Barnaba propose un aperçu de ces destins croisés, octroyant un chapitre à chaque personnalité qui a, un jour, occupé les lieux. Avec une caractéristique commune: "La villa était considérée comme une enclave mentonnaise pour tous les gens qui y ont vécu…"

Illustration
Illustration Photo JFO
Illustration
Illustration Photo JFO

La tour de garnison

Au commencement, il n’y avait qu’elle, une tour de garnison pour les Corses. De style militaire génois, elle date en effet du XVIe siècle.

"C’était une sorte de caserne pour les douaniers, s’il y avait des contrebandiers on les voyait parfaitement", glisse Enzo Barnaba. Rappelant que le sel de Camargue à destination de la plaine du Pô transitait par là. Et que la République de Gênes voulait contrôler.

James Henry Benett

Le gynécologue anglais - héritier d’une riche famille de Manchester - achète la tour et les terrains avoisinants en 1866.

"Il aimait le contact avec la nature et a fait ici le premier jardin d’acclimatation de la région", explique Enzo. Précisant qu’il n’y avait à l’époque que des rochers.

Aussi a-t-il dû tout arracher, faire venir de la terre de Corse ainsi que du lac de Garde, et installer un coûteux système hydraulique.

"Les gens de Grimaldi le prenaient pour un fou", sourit l’historien.

Trois ans après le début des travaux, un homme politique américain (Cox), qui lui rend visite dans le cadre d’une recherche de régions où le climat est bon en hiver, dira du jardin que c’est la dolce farniente - la belle vie.

Avant sa mort, Benett décide de donner la tour et le terrain à la ville de Menton… qui refuse. Elle revient à son neveu, qui la vend à son tour.

Illustration
Illustration Photo JFO
Illustration
Illustration Photo JFO

Ella Waterman and co

Membre d’une très riche famille propriétaire de mines aux États-Unis, Ella Waterman vit de ses rentes. C’est pour son fils Saint-Mar qu’elle construit une villa sur le terrain.

"Selon elle, il était l’incarnation d’un ange. Elle croyait en la réincarnation", souligne Enzo.

Lorsque Saint-Mar meurt (très jeune), Ella Waterman refuse de se séparer de son corps, et demande donc à l’enterrer dans le jardin. Les autorités l’y autorisent, dans la mesure où le tombeau est caché dans une grotte.

Sa fille Romaine, à l’inverse, écope du rôle du diable. Au point qu’Ella fait tout son possible pour s’en défaire. Romaine est placée dans un orphelinat à Gênes.

Mais aussi révoltée que douée pour le dessin, elle part ensuite pour Paris où elle devient une peintre importante de la Rive gauche.

Là, elle vit en ménage à trois avec une célèbre danseuse de l’est et l’écrivain Gabriele D’Annunzio. À la mort de sa mère, le domaine est une nouvelle fois vendu.

Sigmund Appenzeller

Élève de Koch et de Pasteur, le chimiste juif polonais s’installe à Menton pour l’air marin.

"Une fille qu’il aimait beaucoup est morte de tuberculose. Il décide alors de faire quelque chose contre cette maladie."

Parmi ses patients célèbres: Sissi. Ce serait l’impératrice qui lui aurait conseillé Gorbio alors qu’il cherchait le meilleur endroit pour créer une station climatique (le futur centre cardio-respiratoire).

Marié à Inez Wolf - une jeune veuve, jolie et très riche qui le choisit pour son honnêteté et sa gentillesse - il achète la villa en 1907.

Leur fils, Stan, se fera connaître comme peintre, et héros de l’aviation. "Pendant la guerre, il rallie le général de Gaulle et forme un maquis international de 800 personnes".

D’après Enzo Barnaba, le journal d’Inez - qu’il a réussi à se procurer - donne une idée de ce qu’était la Belle Époque.

Elle y évoque notamment un somptueux Noël fêté en 1913, en présence de douaniers français et italiens. Dix jours après, ses deux filles se marient avec deux officiers allemands. Et partent en voyage de noces en faisant un signe de la main. "Leur mère analysera par la suite que les couples disaient au revoir à la Belle Époque. Car la guerre éclate peu de temps après…"

Finie la période d’insouciance, de folle modernité, et d’amitiés internationales à la villa - qui ne porte pas encore le nom de Voronoff.

 

Illustration
Illustration Photo JFO
Illustration
Illustration Photo JFO

La demeure et le laboratoire du docteur star Voronoff

En 1926, le docteur superstar Serge Voronoff achète la villa, faute d’avoir pu récupérer un terrain qu’il convoitait à Monaco. Il en fait une "ferme à singes", sorte de fabrique d’organes de rechange. "Il voulait que ce soit un modèle et qu’il y en ait d’autres en Méditerranée. Pour lui, il s’agissait de l’avenir de la médecine", indique Enzo Barnaba.

Et qui dit ferme dit animal. Des singes, en l’occurrence, dont les testicules sont destinés à être transplantés sur l’homme dans un but de rajeunissement. Les primates proviennent d’Afrique, grâce au contact qu’entretient Voronoff avec des missionnaires à Conakry.

"Il était étonné que l’évêque l’y autorise. Mais l’explication est simple : même le pape doit en avoir (des testicules). À l’époque quand le souverain pontife était élu, on le faisait asseoir sur une chaise à trou pour vérifier - après l’épisode de la papesse Jeanne", poursuit l’historien. Précisant que le docteur songe rapidement à élever lui-même des singes, leur capture lors de battues puis leur transport par bateau étant très coûteux.

Au moment le plus faste, 80 singes occupent les lieux, équipés d’un chauffage central.

Les cages installées par Voronoff ont accueilli jusqu’à quatre-vingts singes, originaires d’Afrique.
Les cages installées par Voronoff ont accueilli jusqu’à quatre-vingts singes, originaires d’Afrique. Photo JFO
Illustration
Illustration Photo JFO

"Les cages n’ont pas été détruites car elles sont classées. Leurs barreaux sont recouverts en ciment, chaque faux tronc imite une essence différente."

Dans le jardin, une petite maison fait office de maternité pour singes, et de laboratoire.

"Voronoff se rend finalement compte que la greffe ne marche pas - sans avoir l’honnêteté intellectuelle de l’admettre. Mais le mental entre en jeu et l’effet placébo fonctionne parfois. Des patients assuraient avoir retrouvé de la vigueur. Voronoff attribue notamment cela à Maeterlinck… mais il oublie de préciser qu’entre-temps son ami a divorcé!"

Sauf que les rejets ne tardent pas à faire des ravages : bien que petits, les greffons se nécrosent.

Voronoff finit par arrêter. Donnant une partie de ses singes à des Parisiens qui continuent l’expérience. Utilisant d’autres comme cobayes pour combattre le cancer. 

"Il aurait voulu un prix Nobel comme son ami et rival Alexis Carrel…"  Hyper populaire malgré ces échecs - au point d’être reconnu lors d’un voyage aux Indes - Voronoff est expulsé en 1938 à cause des lois raciales mussoliniennes.

La villa est saisie. Quand il revient en 1945, les bombardements ont eu raison de sa luxueuse demeure, qui n’a même plus de toit. « Il a dû la reconstituer de manière plus spartiate », conclut Enzo.

Illustration
Illustration Photo JFO

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.