“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS. Des saveurs des quatre coins du monde au Village de Noël de Monaco

Mis à jour le 17/12/2018 à 12:55 Publié le 17/12/2018 à 12:30
Le marché de Noël 2018 à Monaco

Le marché de Noël 2018 à Monaco Photo archives Cyril Dodergny

PHOTOS. Des saveurs des quatre coins du monde au Village de Noël de Monaco

Le thème de la Nouvelle-Orléans constitue déjà une invitation au voyage. Mais les chalets gourmands qui composent le village transportent les papilles aux quatre coins du monde.

Gourmandises hongroises

Après la foire attraction, "La Maison Siklosi" a changé de logis.
Après la foire attraction, "La Maison Siklosi" a changé de logis. Photo JFO

Cela fait neuf ans, que les spécialités hongroises de "La Maison Siklosi", reviennent chaque année en Principauté. Du plat au dessert, il y a de quoi faire. Le chef Laszlo vous propose du goulasch, accompagné d’un verre de vin rouge traditionnel hongrois, d’où se dégage en bouche un goût prononcé de noix, ou encore du vin de prune, de fraise et de cerise chaud.

Pour la partie sucrée, il y a les délicieuses brioches hongroises à savourer nature, avec des amandes, du chocolat, à la noix de coco, avec du pavot ou encore de la pistache.

En Hongrie, les brioches sont aussi salées agrémentées de fromage, de crème et de champignons. De Budapest à Monaco, les saveurs sont les mêmes.

Le wok à toutes les sauces

Les portions sont généreuses et plutôt savoureuses.
Les portions sont généreuses et plutôt savoureuses. Photo JFO

"Ça fait quelques années déjà que nous sommes là", annonce Siheme Boufares. Pourtant, un client qui vient au village de Noël depuis des années, n’avait jamais remarqué le "Wok Food" et se laisse tenter, comme beaucoup d’autres d’ailleurs.

Car quand vient le temps de midi, une file se forme devant le stand. Au poulet, aux crevettes ou aux légumes, ici, le wok se cuisine à toutes les sauces.

Accolé à La Boucherie, ce petit espace de restauration asiatique propose également des currys de poulet et de crevettes, ainsi qu’une soupe asiatique préparée avec soin par Siheme Boufares.

Pour déguster le tout, les clients peuvent s’installer dans la salle du haut, qui a spécialement été construite pour cette 19e édition. En tout cas, ça sent bon l’Orient!

Le fish & chips revisité

Chez les Pagnon, la pomme de terre est reine, car quelques mètres plus loin, les parents de Perle ont un chalet qui lui est dédié.
Chez les Pagnon, la pomme de terre est reine, car quelques mètres plus loin, les parents de Perle ont un chalet qui lui est dédié. Photo JFO

Le fish & chips est un plat de restauration rapide d’origine britannique, extrêmement apprécié en Australie et en Nouvelle-Zélande notamment. Cette année, il fait partie des nouveautés du village de Noël de la Principauté. Nouveau et avec une pointe d’originalité toutefois: "Normalement, le poisson se mange avec des frites. Mais nous, nous avons décidé de transformer un petit peu le fish & chips traditionnel", précise Perle Pagnon, en charge de les préparer. Sont exposées sur le comptoir, de drôles de pommes terre coupées finement qui entourent de petits bâtonnets en bois.

Chez les Pagnon, on leur a même donné un petit nom, "la pomme de terre tornado". Seule ou accompagnée d’un colin ou d’un cabillaud frit, avec un petit filet de vinaigre sur le tout, direction l’Outre-Manche.

Comme chez Mémé Albine

Chez mémé Albine pas de four ou de cuisinière électrique, tout se fait au feu de bois.
Chez mémé Albine pas de four ou de cuisinière électrique, tout se fait au feu de bois. Photo JFO

Il en faut des heures et un savoir-faire pour préparer la même polenta que Mémé Albine, la grand-mère de Marc Dessi. Dans ce chalet, tout est authentique et traditionnel. Une grosse marmite fumante chauffe sur la cuisinière à bois et la spécialiste de la polenta la remue d’une main de maître, près d’une heure et demie avant de la servir.

"Ce que nous voulons, c’est transmettre à nos clients le goût de l’époque. Et même si cela demande beaucoup de travail, c’est un véritable plaisir. De plus, nous n’achetons que des produits de qualité. Que ce soit pour la socca ou pour la polenta, qui, je le rappelle est sans gluten", assure Marc Dessi.

Que la polenta soit aux cèpes, à la sauce tomate, aux quatre fromages, aux petits légumes ou à la morue les vendredis, petit détour par l’Italie.


La suite du direct