“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Soutenez l’info locale et Monaco-Matin > Abonnez-vous

PHOTOS. Comment les salariés du Monte-Carlo Bay font face à l'épidémie de coronavirus

Mis à jour le 18/08/2020 à 10:15 Publié le 18/08/2020 à 08:49
Le port du masque en toute circonstance

Le port du masque en toute circonstance Photo Dylan Meiffret

Soutenez l'info locale et Monaco-Matin

PHOTOS. Comment les salariés du Monte-Carlo Bay font face à l'épidémie de coronavirus

Ce sont eux qui font tourner les grands hôtels de la Principauté. Depuis l’épidémie de Covid-19, ces travailleurs de l’ombre s’adaptent aux contraintes sanitaires, parfois très pénibles.

"Je peux vous prendre la température?" Quiconque pénètre dans le Monte-Carlo Bay Hotel & Resort n’échappe pas au thermomètre.

Que l’on soit un riche client garant sa MacLaren devant l’établissement ou une simple femme de chambre. "Si l’on a plus de 38°, on ne rentre pas", prévient Joaquim, l’agent de sécurité. La règle est la même pour tous. Ici, comme dans tous les hôtels de la Société des Bains de Mer (SBM), le protocole sanitaire est appliqué à la lettre.

La semaine dernière, nous avons passé une partie de la journée dans ce fleuron de l’industrie hôtelière monégasque, qui n’a jamais fermé depuis le début de la crise.

Nous sommes allés à la rencontre de ses salariés pour voir comment ils avaient adapté leur métier à la pandémie de coronavirus.

Nous avons également observé que la crise de la Covid se ressent à tous les étages, dans tous les services.

Le thermomètre de bienvenue

Joaquim, agent de sécurité : « Les clients sont habitués à la prise de température et au masque. »
Joaquim, agent de sécurité : « Les clients sont habitués à la prise de température et au masque. » Photo Dylan Meiffret

Le premier contact avec l’hôtel, est frontal. C’est celui du thermomètre et de la prise de température imposée. Puis, arrive l’avertissement du port du masque obligatoire à l’intérieur de l’hôtel. Aucune négociation possible. Les réfractaires ne seront pas admis.

Passé le tourniquet, et parvenu dans le lobby, tout le monde est masqué, sauf à la réception, des parois en plexiglas séparant les clients du personnel. "C’est important pour un client d’être accueilli par un sourire", commente Mélanie, une réceptionniste.

À quelques mètres de là, un jeune homme armé d’un vaporisateur rouge et d’un chiffon blanc s’active à la vue de tous.

Il désinfecte tous les quarts d’heure l’ensemble des points de contact: fauteuils, comptoirs, tourniquet, poignées, boutons d’ascenseur…

Ce flacon est l’objet à la mode dans l’hôtel. On le voit partout. "En général, on se cache pour nettoyer. Là, on montre aux clients que l’on désinfecte tout, en permanence", explique Frédéric Darnet, le directeur général du Monte-Carlo Bay.

Masque: "Les clients sont compréhensifs"

A la réception
A la réception Photo Dylan Meiffret

Le plus difficile, consent le boss du Bay, est de faire respecter le port du masque. Les quatre agents de sécurité chargés de s’en assurer le savent bien. "C’était difficile, au début, de leur faire comprendre que le masque était obligatoire, confie Joaquim. Maintenant, ils sont habitués et trouvent ça bien."

"Les clients sont compréhensifs, ajoute Mélanie, à la réception. Il y a peu de réfractaires, sauf les Russes, parfois."

La fontaine à virucide

À la blanchisserie
À la blanchisserie Photo Dylan Meiffret

En coulisses, la préoccupation sanitaire est également permanente. À l’étage inférieur, à l’entrée de la blanchisserie, Caroline Courtois, la gouvernante générale, explique avec fierté le fonctionnement d’une machine devenue primordiale dans la lutte contre le coronavirus.

L’appareil ressemble à une fontaine à eau, à ceci près que le produit qui en sort est le virucide utilisé par l’ensemble du personnel, dans les fameux vaporisateurs rouges.

"Le système Cleanea est 100 % naturel, explique-t-elle. Avec de l’eau, du sel et un système d’électrolyse, on obtient un produit virucide à la norme 14476 (La norme européenne qui garantit que le produit tue le coronavirus., ndlr)." 

Ce liquide sent légèrement le chlore mais peut être ingéré. Parfait pour cet hôtel qui fait de la protection de l’environnement l’un de ses atouts maîtres.

En cuisine
En cuisine Photo Dylan Meiffret

Aucun cas de Covid

À quelques mètres de là se trouvent les vestiaires du personnel. C’est là, à chaque prise de service, que les 290 salariés sont invités à se faire prendre la température.

Depuis le début de la crise sanitaire, aucun cas de Covid-19 n’a été détecté au Monte-Carlo Bay.

Partout, tout le temps.
Partout, tout le temps. Photo Dylan Meiffret

Offre numérique MM+

...


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.