“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS. Bienvenue dans les entrailles de la basilique Saint-Michel de Menton

Mis à jour le 23/09/2019 à 09:50 Publié le 23/09/2019 à 08:45
Visite de la salle qui mène à l’orgue de la basilique.

Visite de la salle qui mène à l’orgue de la basilique. Photo Jean-François Ottonello

PHOTOS. Bienvenue dans les entrailles de la basilique Saint-Michel de Menton

A l'occasion des Journées du patrimoines, des visites baptisées "dans les entrailles de la basilique Saint-Michel" étaient organisées à Menton. L’occasion de découvrir l’univers souterrain d’un lieu emblématique.

Quatre siècles qu’elle fait les yeux doux aux Mentonnais! Alors forcément, devant cet appel du clocher très insistant, les habitants et visiteurs ont souhaité faire plus ample connaissance avec cette vieille dame mentonnaise baptisée religieusement... basilique Saint-Michel.

Hier, lors des 36es Journées européennes du patrimoine, une visite inédite était organisée dans les "entrailles" de l’édifice religieux. À souligner que, malgré la pluie, les prétendants étaient nombreux. Tous voulaient obtenir une date avec l’imposante célébrité. Preuve que même cachée derrière un épais drap blanc, pour cause de lifting, la Dame de Menton fait toujours battre les cœurs.

Un morceau de remparts

Hier, c’est d’abord deux comédiens - vêtus de frou-frou et dentelles de style baroque - qui ont plongé les visiteurs dans l’histoire du lieu. En pleine rue, dans une mise en scène théâtrale, on apprend que les travaux de construction de la basilique ont débuté en 1639 sous l’impulsion du prince Honoré II. La visite se poursuit ensuite via les escaliers de l’Impasse École Pie. Pamela Pages, guide conférencière, suggère au public d’avoir un peu d’imagination et de se projeter au XIVe siècle. "À cette époque, avant d’être un lieu de culte, la basilique était un morceau des remparts…"

Puis, le moment tant attendu arrive. Le public passe - enfin - l’une des portes grinçantes de la grande Dame. Il découvre alors la salle du Lanternier remplie de... crèches de Noël ! « Il y a très longtemps, il y avait ici une salle de garde et les soldats entreposaient des lances, des armes et des boucliers...», explique Élisabeth Lafite. Envoûté par les lieux chargés d’histoire, le public emprunte un escalier tortueux et la guide conférencière passe le relais à son collègue Christophe Canlers.

Dans une pièce sombre, éclairée par une lampe néon, il prend un ton grave. "C’est ici que l’on entreposait les morts..." Car au fil des siècles, des milliers de personnes ont été entassées et inhumées dans le chœur de la basilique afin d’être au plus près du paradis.

Un coup d’œil derrière le maître-autel

Dans un silence religieux, les visiteurs montent ensuite quelques marches pour atterrir derrière le maître-autel. Dans une pièce - entourée de fresques du XIXe siècle et d’ornement en bois - un mini-escalier mène... à l’orgue! Puis, en franchissant une porte, le public se retrouve comme par magie au plein chœur de la basilique, dans la grande salle principale. La guide, Patricia Béguin-Carsena, invite les visiteurs à s’attarder sur le retable de Manchello datant du XIVe siècle ou sur les yeux en pâte de verre des statues d’anges, datant du XVIe siècle… Pour la Mentonnaise Iliana cette visite était totalement inattendue. "J’ai découvert des salles de la basilique que je n’imaginais même pas comme celle avec les crèches ! Les vestiges des remparts, autour de la basilique, je n’y avais jamais prêté attention!"

Car oui, la basilique a une sacrée histoire et elle n’est pas la sainte-nitouche que l’on croit!

En septembre 2018, un vaste chantier de restauration des façades de la basilique Saint-Michel a été lancé. "Il fallait qu’elle soit rénovée dans sa globalité", précise Cécile Giorni, directrice des services techniques de la ville.

Après neuf mois de travaux, entre septembre 2018 et juin 2019, la façade nord, le Campanin et le clocher de l’horloge ont été restaurés. À cette occasion, une quatrième cloche a été coulée sur l’esplanade des Sablettes en mars dernier. Cet été, le chantier a dû être stoppé à l’occasion du 70e Festival de musique. Il reprend en octobre afin de rénover les façades latérales du monument.

Un élévateur pour personne à mobilité réduite (PMR) sera installé. À souligner que - tout le mois de novembre - la basilique sera fermée afin de permettre la mise en conformité du système de distribution électrique.

Cette dernière étape des travaux de la basilique devrait s’achever en février 2020.

Parallèlement, le mois prochain, les travaux de restauration des rampes Saint-Michel commenceront. Ils devraient s’achever en juin 2020. "C’est un travail rigoureux car l’air marin a ramené beaucoup de sel, lequel s’est incrusté dans la pierre. Il faudra donc tout nettoyer avant de rénover."

Mise en scène théâtrale en pleine rue.
Mise en scène théâtrale en pleine rue. Photo Jean-François Ottonello
Le choeur de la basilique.
Le choeur de la basilique. Photo Jean-François Ottonello
"C'est ici que l'on entreposait les morts."
"C'est ici que l'on entreposait les morts." Photo Jean-François Ottonello
Un escalier tortueux que le public emprunte.
Un escalier tortueux que le public emprunte. Photo Jean-François Ottonello
Les yeux en pâte de verre des statues d’anges, datant du XVIe siècle.
Les yeux en pâte de verre des statues d’anges, datant du XVIe siècle. Photo Jean-François Ottonello

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.