“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS & VIDÉO. De 0 à 100km/h en 4s: on est monté à bord d'une Jaguar pour un essai au col de Turini

Mis à jour le 11/05/2019 à 10:32 Publié le 11/05/2019 à 10:29
Après l’opération séduction menée jeudi sur le col du Turini, douze I-Pace de compétition s’affrontent ce samedi sur le circuit de Monaco.

PHOTOS & VIDÉO. De 0 à 100km/h en 4s: on est monté à bord d'une Jaguar pour un essai au col de Turini

Engagé à la fois dans le ePrix et le I-Pace e-Trophy, ce samedi 11 mai, le groupe Jaguar Rover a profité du mythe monégasque pour organiser une opération privée - et spectaculaire - sur le col du Turini, et filmer deux de ses bolides sur la légendaire spéciale de rallye. Un journaliste de Monaco-Matin a eu le privilège de monter à bord de cette voiture de compétition. Il raconte.

"Ready", me demande sèchement le pilote, déjà dans sa course. Il est trop tard pour reculer: "Yes", je réponds, d’une voix à peine audible.

Comprenez-moi: c’est la première fois de ma vie que je monte dans une voiture de course, un bolide conçu par Jaguar dans le cadre du e-Trophy Challenge, une nouvelle épreuve qui se déroule en marge du ePrix. Ce sera donc une première, cet après-midi à 18h15, sur la partie basse du circuit de Monaco.

En soi, ce n’est pas la voiture, un I-Pace transformé en bombe de l’asphalte, 100% électrique, qui fait monter la pression. C’est le fait de se retrouver à "la place du mort", passager d’un pilote chevronné.

Jack Lambert - un nom bien français pour un Gallois - est un pilote professionnel un peu particulier. Un "SVO", comme on les nomme chez Jaguar. "Un Special Vehicle Operation, traduit David Bucher, le directeur marketing et relations presse de Jaguar Rover France. Ces pilotes accompagnent le développement des voitures de série qui sont transformées pour la compétition, en lien avec les ingénieurs. Il connaît donc la voiture par cœur."

o à 100km/h en 4 secondes

Le pilote professionnel et le copilote du dimanche.

Au volant de son bolide qu’il connaît donc mieux que quiconque, le sympathique Jack va attaquer. Ah oui, j’ai failli oublier: on ne se trouve pas sur le circuit de Monaco pour effectuer cet essai réservé à la presse - un privilège -, jeudi matin, mais à 1.600 mètres d’altitude, sur le mythique col du Turini, privatisé pour l’occasion. Avec des virages très serrés et le vide sur ma droite. Une route sans aucune glissière de sécurité, qui, de surcroît, est encore humide sur ce versant de la montagne, à l’heure de l’essai.

"Yes". Je suis prêt, autant que faire se peut. Je me résous à confier ma vie à ce jeune Gallois. Jack accélère soudainement, pied au plancher. Comment vous expliquer… De 0 à 100km/h en 4 secondes, ça vous scotche littéralement au siège baquet. Sans doute aussi violemment qu’une voiture de course à moteur thermique, avec peut-être une réactivité plus vive avec un moteur électrique. "Le couple est instantané sur une voiture électrique", confirme le spécialiste. Et en plus, il y a 440 chevaux sous le capot.

accélération foudroyante... dans le silence total

Sensation forte garantie. Bizarrement, à cet instant, je repense à Top Gun, le film…

Mais ce qui est totalement déstabilisant dans cette accélération foudroyante, c’est le silence dans lequel elle s’opère. Les seuls bruits audibles sont un léger sifflement du moteur, le cliquetis des pieds du pilote sur les pédales et de ses doigts sur les boutons du volant.

Puis soudain, une poignée de secondes après le décollage, pardon, le démarrage, le bruit le plus significatif - et la deuxième sensation forte - intervient: celui du freinage. Je comprends mieux pourquoi j’ai été harnaché de façon aussi serrée.

Et aussitôt, le cliquetis des pédales et des boutons. Dans l’habitacle, on aurait presque pu écouter une musique douce en toute décontraction…

Le grand frisson

Accélération, freinage. Virages ultra-serrés. Des pointes de vitesse à 120 km/h sur une route de montagne. Le vide, à droite ? Je n’y pense pas une seconde. La peur? Eh bien non, finalement. J’en suis presque déçu. La voiture tient divinement bien la route, Jack est un as du volant. L’homme et la voiture m’ont offert 3’05’’ d’adrénaline pure.

Un peu plus tard, je me permets de demander au responsable com de Jaguar: "Et sinon, ce serait possible de faire un tour de circuit, samedi matin?" La réponse est immédiate : "Impossible!" Dommage. Je me serais bien accordé un second frisson. Preuve que le premier était top.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct