Rubriques




Se connecter à

Peut-on craindre des pénuries d’eau cet été à Monaco ?

Si aucune pénurie d’eau n’est à craindre dans l’immédiat en Principauté, les ressources en eau sont bel et bien sous tension, d’où les messages de sensibilisations portés par la Société monégasque des Eaux auprès des gros consommateurs monégasques d’or bleu. "L’été sera plus tendu que d’habitude, assure Manuel Nardi. On vit des conditions de sécheresse que je n’ai jamais connues depuis 2000. D’ordinaire, on a un printemps relativement pluvieux, ce qui permet de recharger les nappes et d’aborder l’été avec des ressources confortables. Cette année, celles-ci sont déjà au niveau de ce que l’on connaît normalement en fin d’été." Toutefois, la Principauté possède encore une marge de manœuvre puisque les dotations de Monaco pour les achats extérieurs, plafonnées à 780 m3 par heure en provenance de la Vésubie et de la Plaine du Var, se sont chiffrées à 580 m3 par heure la semaine dernière.

Thibaut Parat Publié le 14/07/2022 à 18:02, mis à jour le 15/07/2022 à 10:22
Si les ressources d'eau sont bel et bien sous tension, aucune pénurie n'est à craindre en Principauté. Photo Jean-François Ottonello

Des mesures restrictives
ont-elles été mises en place à monaco ?


En déclenchant l’alerte sécheresse, la préfecture des Alpes-Maritimes a mis en place un arsenal de mesures et d’amendes pour préserver les ressources en eau. Ainsi, selon les communes et la gravité de la situation(*), l’arrosage, le remplissage des piscines, bassins et plans d’eau, le lavage des véhicules et engins sont étroitement réglementés, voire interdits dans certains cas.Il est aussi demandé à certains acteurs (golfs, agriculteurs, industriels, artisans et commerçants...) de réduire leur consommation d’eau.

 


La Principauté, qui participe aux réunions de crise de la préfecture, a privilégié, pour l’heure, la sensibilisation aux restrictions et à la répression. Les fontaines et douches publiques fonctionnent toujours. "On a préféré envoyer des messages ciblés aux grands acteurs du pays (lire ci-dessous) pour ne pas pénaliser les particuliers ou les gens qui viennent passer quelques jours ici, argumente Manuel Nardi. Pour les piscines, par exemple, on a demandé à la DAU d’éviter les vidanges de piscine en cette période, de même que l’on est en relation avec les résidences pour les convaincre de reporter le renouvellement des eaux de piscine à une date ultérieure."


D’éventuelles casses de tuyaux ou d’événements impromptus pourraient, bien sûr, bouleverser la stratégie actuelle et conduire à des mesures exceptionnelles de préservation du service.


* Le département est divisé en trois zones : crise sécheresse, alerte sécheresse renforcée, vigilance sécheresse.

La Société d’exploitation des ports de Monaco a été sensibilisée en ce qui concerne le lavage des yachts et embarcations des deux ports de la Principauté. Photo Jean-François Ottonello.

Les gros consommateurs du pays ont-ils été sensibilisés ?

On l’a dit, la Principauté a décidé de faire montre de sensibilisation plutôt que de restreindre l’accès à l’eau. Les gros consommateurs du pays ont été approchés pour réduire leur usage quotidien, à commencer par la Société monégasque d’assainissement, chargée du nettoyage de la voirie.

"Les agents utilisent le réseau d’eau potable. Alors, en ces temps difficiles, j’ai demandé à sa direction d’être plus vigilant, de ressortir les balais plutôt que les jets d’eau et de limiter les apports pour le lavage des rues, explique Manuel Nardi. Il faut donc que les gens sachent que ce n’est pas une négligence de la SMA mais bien une démarche volontaire et délibérée. Cela nous permet d’économiser environ 1.000 m3 d’eau par jour. »

La même démarche de prévention a été appliquée à Société d’exploitation des ports de Monaco, en ce qui concerne le lavage des yachts et autres embarcations, et à la Direction de l’Aménagement urbain, chargé de l’entretien des espaces verts. "Ils ont, à leur disposition, un système de télérelève d’eau pour détecter toute fuite ou consommation anormale."

"La SBM a fait
de très gros efforts"


La Société des Bains de Mer, grosse consommatrice avec ses hôtels, bars et restaurants, a aussi été sensibilisée.

"Dans les années 90/2000, elle consommait annuellement entre 500 et 600.000 m3 d’eau. Le chiffre a été réduit à environ 265.000 m3, sans pour autant baisser le nombre d’hôtels. Ils ont fait de très gros efforts, salue Manuel Nardi. Entre ces périodes, Monaco ne s’est pas éteint pour baisser sa consommation. Au contraire, puisque le PIB a presque doublé. C’est juste que l’eau a été utilisée bien plus efficacement. L’efficience a largement augmenté."

Offre numérique MM+

“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.