“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Petit tour du propriétaire au Monaco Yacht Show

Mis à jour le 27/09/2018 à 05:11 Publié le 27/09/2018 à 05:11
120 super-yachts mouillent jusqu'à samedi au port Hercule de Monaco.

120 super-yachts mouillent jusqu'à samedi au port Hercule de Monaco. T.P.

Petit tour du propriétaire au Monaco Yacht Show

Avec un ticket d'entrée à 300 euros, l'événement dédié à la grande plaisance se veut élitiste. Plongée dans un univers où le sur-mesure est roi et où les vœux les plus fous sont exaucés

La sélection naturelle… par l'argent. Pour pénétrer dans l'enceinte confidentielle du Monaco Yacht Show - à défaut d'être accrédité ou d'avoir glané une invitation - il faut débourser la coquette somme de 300 euros. Le prix est volontairement élevé, il a même quasi doublé d'une édition à l'autre. Les organisateurs ne s'en cachent pas. Raison invoquée : un filtrage plus aiguisé pour offrir une visite plus agréable aux potentiels acheteurs de super-yachts. Alors pour tous ceux qui, comme toute l'année sur le port Hercule, voulaient juste en prendre plein les mirettes, tutoyer de près ces unités pharaoniques, voici un petit tour du propriétaire.

Super-yacht recherche propriétaire fortuné

Première vision du salon : un hélicoptère à la peinture camouflage. Le ton est donné avec cet oiseau de fer à plusieurs millions qui finira - sans doute - sur l'hélisurface de l'un de ces 120 super-yachts mouillant au port Hercule jusqu'à samedi.

L'Illusion Plus, récemment primé pour son design intérieur, n'attend d'ailleurs que ça. Mieux encore, ce vaisseau flottant de 88 mètres cherche même son tout premier propriétaire. Et sa valeur, estimée à 145 millions de dollars américains, ne semble pas rebuter les potentiels acheteurs. « Les visites s'enchaînent. Une dizaine en deux heures, souffle James Pool, sorte de Stéphane Plaza, version yacht de luxe. Ce bateau a deux mois à peine. Il a deux jacuzzis, un hélipad, quatre salons et deux salles à manger. Des questions reviennent souvent : quels sont les équipements ? Qui a conçu l'intérieur ? Quels jouets nautiques a-t-on à bord ? Franchement, ce bateau est un hôtel 5 étoiles ! Six, même ! »

Dans le milieu de la grande plaisance, avancer que tous les vœux de cette richissime clientèle peuvent être exaucés n'a rien d'une banalité. Ni d'un cliché.

Le sur-mesure s'avère être la règle d'or. En témoigne la nuée d'exposants présentant leurs produits personnalisés dans tous les domaines touchant de près ou de loin à la grande plaisance.

Là, à l'arrière du Air, un siège moelleux doté de quatre cannes à pêche dernier cri. Plus loin, un trimaran portable en fibre de carbone aux allures de vélo flottant. Sans parler de la gamme, toujours plus sophistiquée, de toys. Ces jouets nautiques intégrés aux bateaux.

« Scooter des mers, wakeboard, flyboard, structures gonflables, kitesurf, toboggan. Et même un sous-marin de six personnes pouvant aller à 1 000 mètres de profondeur, liste Angus Gilmour, employé dans une société qui vend aussi des bateaux annexes. On peut répondre à peu près à toutes les requêtes. En réalité, c'est illimité. »

Sous-marin incognito

Et ce n'est pas Franck Darnet qui dira le contraire. L'homme qui dirige une société de design planche actuellement sur un yacht de 105 mètres avec… une trappe pour que le sous-marin file incognito. « On est dans du James Bond là, sourit-il. Nos clients font partie des 2 000 personnes les plus riches de la planète. Ce sont bien souvent des industriels. Ce n'est pas le show-biz. Ils n'aiment pas étaler leur vie, d'où cette confidentialité qui règne dans le milieu de la grande plaisance. »

D'où, aussi, les moult refus pour visiter des yachts, dont certains sont présentés à Monaco en avant-première. Tout juste arrive-t-on à connaître les tendances de décoration du moment. « On n'est plus dans les décorations clinquantes, du style robinets en or, comme avant. Désormais, les clients recherchent des matières intéressantes et que le tout soit esthétique, créatif et exceptionnel », poursuit Franck Darnet.

Un escalier flottant

Mais les demandes extravagantes font toujours partie du métier.

« Un jour, on nous a demandé un escalier flottant, difficile à réaliser. Cela a pris du temps mais on y est arrivé, se souvient Zlatko Imamovic, designer chez Sinot. Il faut savoir que les clients veulent créer un environnement, une extension d'eux-mêmes. Chaque personne est unique donc chaque yacht le sera aussi. Il faut donc bien le cerner, connaître ce qu'il aime ou pas, ses idées, ses concepts. L'important, c'est que cela rentre dans un cadre légal et que ça ne soit pas hors budget. »

De la prise de contact initiale à l'inauguration du navire, il faudrait entre trois et quatre années.

Un super-yacht, ça se mérite.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct