“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Penser la révolution

Mis à jour le 28/03/2018 à 05:17 Publié le 28/03/2018 à 05:17
Frédéric Genta dans son bureau sans papiers…

Penser la révolution

« Révolution culturelle », « transparence », « vitesse », « société collaborative », c'est autour de ces idées que s'articule l'ère du numérique.

« Révolution culturelle », « transparence », « vitesse », « société collaborative », c'est autour de ces idées que s'articule l'ère du numérique.

Pour Frédéric Genta qui a démissionné de Google et a cédé ses actions pour des « raisons d'éthique et de neutralité », faire basculer Monaco dans le nouveau monde du tout digitalisé est un « challenge ». Alors quand on lui demande pourquoi il a décidé de quitter le géant du net, il explique que c'est « ce qui le motive le plus. » Car le défi est de taille : « Le gouvernement attend une stratégie au bénéfice de tous, explique le ministre. Des techniciens, on en a. Mais il faut penser cette révolution, également dans l'éducation, la médecine, l'économie… »

Dans son bureau où il invite spontanément les journalistes, pas de papiers ou autres piles de dossiers. Des écrans, un casque Google, un clavier et même une bouilloire électronique qui chauffe l'eau à la bonne température en fonction de l'heure de la journée et du thé qui y est dédié. Seul héritage du passé encore présent : des cartes de visite, recto verso, français-anglais.

Le contact est simple et direct. « J'essaie de discuter avec tout le monde. 80 % des réponses sont dans les équipes. J'ai trouvé ici des gens motivés qui ont un profond attachement à la fonction publique. Ce qui est important, ce sont les idées. Et les gens ont envie que les choses changent. Jusqu'à présent, on a eu tendance à tout faire en interne. On va vraiment essayer de gérer des partenariats et miser sur le génie des autres. »


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct