“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Passionné de phot(eau)graphies

Mis à jour le 04/12/2017 à 05:04 Publié le 04/12/2017 à 05:04
Au bord de l'eau avec son appareil photo doublé d'un caisson étanche, Florian Gruet est dans son élément pour vivre pleinement sa passion. Prochainement, des vidéos qu'il réalisera sur son travail seront publiées sur Internet.

Passionné de phot(eau)graphies

Âgé de 39 ans, Florian Gruet, natif de Monaco, est un passionné de photos sous-marines. Menton, Roquebrune, Monaco... Il écume les spots avec son Canon et son objectif 24 mm

Florian Gruet est un homme de passions, un cœur captif de l'écume des vagues azuréennes et un photographe de talent au regard de poète. Il est l'auteur de remarquables clichés capturés au gré d'une patience et d'efforts qui forcent indiscutablement le respect et l'admiration.

Florian est né à Monaco en 1978. Pour avoir habité sa vie durant de Nice à Sospel en passant par Menton ou encore Roquebrune, il connaît parfaitement bien son chez lui, entre mer et montagne. Le petit garçon, particulièrement sportif et un peu solitaire, est alors déjà un passionné des moyennes et hautes vallées qui l'appellent sur le VTT comme elles appelaient son père au parapente et son grand-père à la randonnée en compétition. À 15 ans, une rencontre avec une dame va tout bouleverser. Une grande bleue et brillante, parfois limpide ou agitée mais toujours sauvage. En arrivant à Saint-Jean-Cap-Ferrat, Florian se prit en effet de passion pour notre belle Mer méditerranéenne, à quelques pieds de sa nouvelle maison.

Tandis que l'adolescent construisait là une proximité naturelle avec l'eau qu'il tutoyait et dont il ne doutait pas alors de son importance à venir, il s'éveillait aussi aux autres et à la vie de grand.

Friand de belles images depuis toujours, Florian eu l'envie soudaine, il y a 10 ans, de s'acheter un appareil photo. Un reflex pour, comme à son habitude, faire face à un challenge, lui qui était alors totalement novice en la matière. Le jeune homme tâtonne, essaye, s'exerce. Il va jusqu'au Parc Phœnix capturer les animaux. Dont l'œil d'un oiseau. Quelques jours plus tard, celle-ci - l'une de ses toutes premières photos - est choisie sur Internet par la Ville de Nice pour illustrer une brochure.

Pourtant, peu après, la nouvelle passion laisse place à d'autres sans certainement s'éteindre. Florian se remet au sport sur vélo de route et au surf, se lance dans le pinstriping, s'attèle au modélisme, va à la pêche, travaille comme hotliner.

Et voilà qu'un beau jour, une autre demoiselle vient bousculer de nouveau notre artiste. Sa compagne, Myriam. Pour son anniversaire en 2012, Florian lui offre… un appareil photo. Pas bête, l'amoureux s'en achète un également pour vivre l'aventure photographique à deux.

Ses retrouvailles avec l'objectif ne le trompent pas et conduisent le poète sur tous les terrains :street photography, macro, technique au flash, astrophotographie, portrait, light painting... Mais pas encore la photo aquatique. Pourtant, le tout premier cliché avec le nouvel appareil était un signe : une échelle plongeant dans l'eau au port de Garavan, prise sous un angle invitant au plongeon.

Il faut attendre juillet 2016 pour que l'heureuse révélation se fasse et que ses deux passions se rejoignent. L'eau et la photographie. De retour de vacances dans les Landes où il s'est amusé avec une GoPro dans l'eau, le photographe s'achète une housse étanche pour son réflex. Et depuis...

Depuis, Florian Gruet flirte les spots de surfs avec son Canon et son objectif 24mm, accompagne ses amis et modèles dans l'eau, gagne des concours et buzz sur les réseaux sociaux, prend des clichés uniques qu'il vend ici et à l'international, capture en une seule image toute la poésie de la mer et la beauté de l'humain. «La photo aquatique, c'est immortaliser l'instant vécu, explique Florian, tout en alliant le sport et ce challenge si particulier. Car l'eau impose de s'adapter tout le temps et parfois de manière extrême, qu'il s'agisse du corps lui-même ou de la prise de la photo. Je ramène le souvenir visuel le plus parlant d'un défi, et parfois d'une rencontre ». Une passion.

Aujourd'hui, c'est tout un projet de vie professionnelle qui se dessine pour Florian Gruet avec sa compagne Myriam. Il souhaite continuer à proposer ses services aux particuliers, mais aimerait aussi poursuivre auprès des marques.

Canon - excusez du peu - lui fait confiance par exemple, Impression Panoramique et Hahnemühle (imprimeur et papier) également. Son rêve au bout de l'objectif : disposer d'une galerie comme un aboutissement et un idéal d'indépendance, voyager pour ramener de nouvelles images et vivre totalement de sa passion.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.